Le Plan d’affectation cantonal de BlueFactory mis à l’enquête

| sam, 25. nov. 2017

L’Etat et la ville de Fribourg ont dessiné les contours du quartier BlueFactory et conçu un Plan d’affectation cantonal pour cette zone stratégique. Le document a été mis à l’enquête publique hier.

PAR XAVIER SCHALLER

«C’est la fin de l’étape zéro, mais une étape importante.» Le conseiller d’Etat Jean-François Steiert a présenté hier à la presse le Plan d’affectation cantonal (PAC) du quartier d’innovation BlueFactory. Elaboré en collaboration avec la ville de Fribourg, celui-ci définit les lignes urbanistiques d’un développement qui mêlera activés, services, logements, espaces verts et mobilité douce.
Si la brasserie Cardinal avait été construite en bordure de ville, le site est maintenant au cœur de la capitale. Quelque 53 000 m2 de terrain, entre l’Ecole d’architecture et d’ingénierie, la gare et l’Université. Ils constituent l’un des dix secteurs stratégiques du Plan directeur cantonal.
«Avec un PAC, on évite les conflits d’intérêt pour le canton, qui n’est pas l’autorité de premier recours, souligne le directeur de l’Aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC). S’il y a des oppositions, elles seront directement traitées par le Tribunal cantonal.»
BlueFactory est classée actuellement en zone industrielle et en zone ville IV. Le PAC ne retient qu’une seule zone, qui correspond aux occupations souhaitées: services, activités, utilité publique et logements. La commune n’a pas à modifier son Plan d’aménagement local. Il lui suffit d’y insérer le PAC.


Les vides et les pleins
Le document ne détermine pas l’architecture future des bâtiments. «Il sépare simplement les vides et les pleins», image Giancarla Papi, cheffe du Service des constructions et de l’aménagement. Les bâtiments pourront par exemple être plus élevés le long de la route de la Fonderie.
«A proximité de la cheminée et du silo, il faut limiter la hauteur pour qu’ils restent visibles.» La protection des cinq bâtiments historiques du site n’est d’ailleurs pas modifiée – le recensement du Service des biens culturels comprend aussi la maison du concierge, la halle d’embouteillage et le bâtiment administratif, ainsi qu’un sous-sol.


Poreux à la mobilité douce
Un espace, en partie vert, sera laissé libre au centre du quartier, allant du passage du Cardinal à la route du Cousimbert. «Seuls les piétons pourront transiter par là, indique Giancarla Papi. Pour le trafic motorisé, l’axe servira uniquement à la desserte du site.» Ce qui comprend l’accès à un parking souterrain de 220 places au maximum, ainsi qu’aux 20 places dévolues à l’autopartage.
Idem pour la circulation prévue au sud, le long de l’ancienne voie de chemin de fer. Avec, en plus, deux axes nord-sud pour les vélos, le quartier sera poreux à la mobilité douce, mais en cul-de-sac pour les voitures. Une requalification du passage du Cardinal et de la route de la Fonderie complétera l’intégration à la ville.


Logements limités
A BlueFactory, la part du logement sera limitée à 14%. «Cela est prévu depuis l’achat à Feldschlösschen en 2011, précise Giancarla Papi. Le prix avait été négocié en dessous de celui d’un terrain destiné au logement. En contrepartie, il a été convenu qu’on ne puisse pas dépasser dans ce domaine ce qui permettait l’affection de la zone à l’époque.» Autrement dit, 300 à 400 habitants ou 11 000 m2 sur les 80 000 planifiés par BlueFactory Fribourg-Freiburg SA (BFF).
«Cette contrainte convient tout à fait à la ville de Fribourg, souligne la conseillère communale Andrea Burgener Woeffray, directrice de l’Edilité. Il y a assez de logements prévus aux alentours, notamment à la route de la Glâne.»


Le Smart Living Building
Le développement du quartier est programmé sur une période d’au moins quinze ans. Dans un premier temps, deux bâtiments sont prévus, au sud-est du site. Le Smart Living Building offrira 5300 m2, au pied du silo, pour accueillir le Smart Living Lab, actuellement logé à la halle bleue. «Destiné à 130 scientifiques, ce bâtiment emblématique répondra au programme de la société à 2000 Watts», signale Philippe Jemmely, directeur de BFF.
Une autre construction, de 7150 m2, sera accolée au bâtiment administratif. «Pour le financement, nous prendrons des crédits hypothécaires ou nous trouverons des investisseurs privés», précise Philippe Jemmely. La mise en valeur des terrains le long de la route de la Glâne est ensuite prévue, puis un projet de géothermie.
Comme le demande la loi, une séance d’information publique a été organisée hier soir. Les éventuels opposants ont maintenant deux mois pour se manifester. Si le calendrier est ensuite respecté, le PAC entrera en force au milieu de l’année prochaine. ■

 

--------------------

 

Un processus expérimental de six ans et demi

Achat en avril 2011 et Plan d’affection cantonal (PAC) en novembre 2017. Plus de six ans ont passé avant qu’il ne soit formellement décidé quoi faire de BlueFactory. Le conseiller d’Etat Jean-François Steiert a rappelé hier à la presse les étapes de ce chemin, parcouru trop lentement pour certains.
«Ce genre de choses est forcément un peu expérimental.» Difficile dès lors, selon lui, de trouver tout de suite la bonne formule. «L’idée a d’abord été d’organiser un concours d’architecture, pour découvrir un panel d’utilisations urbanistiques possibles.»
En mars 2013, le projet du bureau zurichois Brockmann Stierlin Architekten est choisi parmi 26 candidats. On parle alors de premières réalisations possibles courant 2014. «Il a été tout de suite dit que le projet lauréat ne serait pas forcément réalisé, note le conseiller d’Etat. C’était prévu dans le concours.»
Les travaux pour un Plan d’affectation cantonal (PAC) débutent en octobre 2014. Mais la société BlueFactory Fribourg-Freiburg SA (BFF) demande, un mois plus tard, l’abandon du projet du concours d’urbanisme. Le PAC est alors mis en suspend. Il ne reprendra qu’en juin 2016. Un an et demi pour le réaliser, c’est, selon Philippe Jemmely directeur de BFF, une performance. «Beaucoup de mes collègues, dans d’autres cantons, ne peuvent pas aller aussi vite.» XS

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.