Nouthrè linvouè

En patois
En français

 

Bin chure ke lè fô dèfindre, lè linvouè dè nouthron payi. No j’an la tsanthe dè n’in d’avê katro, chin kontâ ti lè patê. L’è pâ rin.

Ma… l’i a on grô ma! Kemin lè dèfindre, kan l’anglé no j’arouvè dè totè pâ, din totè lè gajètè, lè rèhyâmè . Mimamin intrè no: «Kan no j’an pachâ on week-end, no j’an medji on steak, no j’an danhyi on slow», è choche è chin. Por on dèfi, fô dre on chalenge, ouna rinkontra l’è on meeting. Mè fô pyakâ pachke l’é tarubyamin dou mô dèkrire in anglé!

N’in d’a tan ke pyàron la mouâ dou patê, bin chure. Ma fudrè bin dyora pyorâ la mouâ dou franché. L’ôtri, ouna dama l’a èkri ouna lètra din la gajète dè Friboua. I rèlêvè totè lè «balè» fôtè dè franché k’on pou rinkontrâ parto, din ti lè papê. È bin, frantsemin, l’i a pâ dè tyè chè gabâ. È pu inke, l’è pâ la fôta a l’anglé, l’è ke le franché ch’in va a la dèvàra.

Ouna pràva dè-pye: nouthrè j’ami dou delé de la Charna, van dyora l’intêrdi a l’èkoula. Wunderbar!

Anne Marie Yerly

 

 

Nos langues

Bien sur qu’il faut les défendre, les langues de notre pays. Nous avons la chance d’en avoir quatre, sans compter tous les patois. Ce n’est pas rien.

Mais… il y a un grand mais! Comment les défendre, quand l’anglais nous arrive de toutes parts dans tous les journaux, les publicités. Même entre nous: «Nous passons un week-end, nous avons mangé  du steak, nous avons dansé un slow, etc.. Un défi devient un chalenge, une rencontre devient un meeting. Je dois arrêter car j’ai grand peine à écrire l’anglais.

Il y en a tant qui pleurent la mort du patois, bien sur. Mais il faudra bientôt pleurer la mort du français. Il y a quelques jours, une dame écrivait une lettre dans le journal de Fribourg. Elle relève toutes les «belles» fautes de français que l’on peut rencontrer partout, dans les journaux, les publicités. Et bien, franchement, il n’y a pas de quoi se vanter. Et là, ce n’est pas la faute de l’anglais, c’est que le français s’en va à la dérive.

Une preuve de plus: nos amis d’outre-Sarine vont bientôt l’interdire à l’école. Wunderbar!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.