On viyo kabarè va kotâ

En patois
En français

Onko trè chenannè è le kabarè d’la Promenârda a Bulo va kotâ por a dèbon. L’è bin damâdzo, tan lè dzin dè me n’âdzo chè trovâvan a l’éje. No dêvin bin rèkonyèthre k’a Bulo po bêre kartèta on tràvè dyora tyè mé di «pub». Lè dzouno li chè pyéjon è lè tinyârè fan di bounè j’afére. È dre ke din lè j’an chouchanta, du le fon d’la Granta-Ruva tantyè ou Gruvèrin, on kontâvè adi vouète kabarè. Fô échpèrâ k’on ôtro galé kabarè, L’Èchelyé (in franché Le Tonnelier), ke vin dè lèvâ lè fê, porè chè rèbetâ chu pi. Din chon gran è bi vindâdzo, on vèyê atan dè dzouno tyè dè min dzouno, è pu l’è bin betâ ou mitin d’la vela po rèprindre ya.

Po n’in rèvinyi a la Promenârda, Juliette è Momo van don dèpyéyi. On chè rapêlèrè di j’adyu tot’in kontoua è di gran meryà po ginyi lè dzin dè l’ôtra pâ. Chin ke va achebin mankâ l’è la bouna koujena, chin medâye, ma tarubyamin bouna dè Juliette. On i trovâvè lè chpèchyalitâ outouâ d’la tsanbèta, dou fro, d’la fondya è tan d’ôtrè bounè tsoujè dou payi. On i devejâvè chovin in patê din ha pinta, è dou tin dè Simone, la chomelyére, on chavê ke l’avi pâ cha linvoua din la fata.

I novi rètrètâ, on lêvè chon vêro è dè to kâ on lou chubyè a l’oroye: chindâ!

Vonvon Kolly

 

 

 

Un vieux café va fermer

Encore trois semaines, et le café de la Promenade à Bulle va fermer définitivement. C’est bien dommage, tant les gens de mon âge s’y trouvaient à l’aise, Nous devons reconnaître qu’à Bulle, pour boire un verre on ne trouve bientôt plus que des pubs. Les jeunes s’y plaisent et les tenanciers font de bonnes affaires. Et dire que dans les années soixante, du fond de la Grand-Rue jusqu’au Gruyérien, on comptait encore huit cafés. Il faut espérer qu’un autre joli café, Le Tonnelier, qui vient de faire faillite, pourra se remettre sur pied. Dans sa grande et belle salle à boire, on voyait autant de jeunes que de moins jeunes, et puis il est bien placé au milieu de la ville de Bulle pour reprendre vie.

Pour en revenir à la Promenade, Juliette et Momo vont donc dételer. On se rappellera des lieux tout en contours et des grands miroirs pour guigner les gens de l’autre côté. Ce qui va aussi manquer, c’est la bonne cuisine, sans médaille, mais terriblement bonne de Juliette. On y trouvait les spécialités autour du jambon, du fromage, de la fondue et tant d’autres bonnes choses du pays. On y parlait souvent patois dans cette pinte, et du temps de Simone, la sommelière, on savait qu’elle n’avait pas sa langue dans la poche.

Aux nouveaux retraités, nous levons nos verres et de tout cœur nous leur sifflons à l’oreille: santé!

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.