Carrefour du Temple, pas de marche arrière

| jeu, 14. déc. 2017

Le PLR bullois voudrait revoir un rond-point au carrefour du Temple. L’Exécutif n’est pas de cet avis.

PAR YANN GUERCHANIK


Lundi prochain, le Législatif bullois se prononcera sur treize investissements au budget 2018 (La Gruyère de samedi). Un menu copieux, d’autant plus que trois réponses à des postulats seront servies pour le dessert. Dont celle qui concerne la «demande de modification du carrefour du Temple, à l’intersection des rues de Gruyères et de la Condémine».
Fin 2016, au nom des libéraux-radicaux, Philippe Dupasquier avait mis les points sur les i et les ronds-points à l’ordre du jour. «Pourquoi avoir modifié ce carrefour et détruit le giratoire qui s’y trouvait depuis de nombreuses années?» fustigeait le conseiller général, s’appuyant sur «la consternation» des usagers «face au chaos routier engendré».
«Il n’est pas admissible de transformer notre réseau routier à grands frais, en jouant les apprentis sorciers par des pseudos alternatifs et en oubliant les règles de bon sens les plus élémentaires.» On l’aura compris, le carrefour en question est ici le fer de lance d’un certain ras-le-bol quant aux récents aménagements.
Aussi, Philippe Dupasquier ne demandait ni plus ni moins que le Conseil communal étudie le retour à la situation antérieure, soit l’aménagement d’un nouveau giratoire.


«Jugé satisfaisant»
Du côté de l’Exécutif, la réponse est claire: pas de retour en arrière. «Le carrefour à priorité de droite répond aux attentes.» Le Conseil communal déploie ses arguments. Même qu’il circonstancie sa réponse en se posant trois questions.
«Le carrefour, tel qu’il se présente aujourd’hui, contribue-t-il au report de trafic sur la H189 et au report modal vers le transport public?» Oui, répond l’Exécutif, chiffre du Service de mobilité du canton à l’appui: «Nous constatons que, entre 2010 et 2015, le trafic a augmenté de plus de 30% sur la route H189 et de 0,53% seulement sur la route de Riaz, et qu’il a diminué de 12,26% sur la rue de l’Intyamon. Cette dernière étant directement influencée par le carrefour du Temple, on peut en déduire que la mise en place de la priorité de droite, tant au carrefour du Temple qu’aux carrefours de l’Essert et du centre de La Tour, a pleinement joué son rôle.»
Même topo pour ce qui est du report modal: «Entre 2010 et 2015, la fréquentation des lignes Mobul est passée de moins de 500 000 à plus d’un million de voyageurs.» Et les passagers qui ont été trans-portés (1 116 997 en 2016) seront sans doute encore plus nombreux avec le passage au quart d’heure, effectif depuis lundi.
Deuxième question: «Y a-t-il objectivement un problème de capacité au carrefour ainsi aménagé?» Non, répond le Conseil communal qui a réalisé un relevé le 21 août. Les files d’attente des trois branches remontent parfois sur des distances de 80 à 180 mètres (environ 30 véhicules). Quant au temps d’écoulement du flux de véhicules, «il est d’au maximum quatre minutes» dans le pire des cas.
Conclusion: «Le fonctionnement du carrefour est jugé satisfaisant.» Les temps d’attente y sont «acceptables» et sa gestion en priorité de droite permet «de maintenir les rues de Gruyères et de la Condémine en routes du réseau principal urbain modéré ainsi que la bonne circulation des bus».
Dernière question: «Y a-t-il un réel problème de sécurité?» Là aussi, l’Exécutif répond non: «Selon l’Office fédéral des routes, aucun accident avec dommages corporels ne s’est produit à ce carrefour, depuis son changement de priorité jus-qu’en février 2017 – il en va d’ailleurs de même pour les carrefours de l’Essert et du centre de La Tour-de-Trême.
Et, selon la police, aucun accident n’a été relevé depuis 2015.» Pour le Conseil communal donc, le carrefour du Temple tourne parfaitement rond. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending