Chassot Concept renonce au slowUp

| lun, 04. déc. 2017

Le slowUp la Gruyère doit se trouver un nouvel organisateur. L’édition 2018 est donc incertaine.

La société Chassot Concept, dirigée par Richard Chassot, «a pris la lourde décision de ne plus organiser le slowUp la Gruyère, en raison des grosses contraintes logistiques, de sécurité ainsi qu’en raison du manque de soutien financier», communique-t-elle. Elle avait repris l’organisation de cette manifestation en 2014. La tenue de l’édition 2018 est donc incertaine.
L’an passé, Chassot Concept SA avait déjà souligné qu’il manquait deux ou trois sponsors et quelque 15 000 francs pour en assurer la charge financière. Et de préciser en plus que «l’organisation d’un événement qui accueille un nombre important de participants et dont le parcours est long de 25 km demande une lourde logistique et représente un risque important au niveau de la sécurité».
La manifestation avait attiré plus de 22 000 adeptes de mobilité douce lors du slowUp 2017. «Elle est donc de grande ampleur, également d’un point de vue touristique, puisque sur ces 22 000 personnes, la moitié sont des touristes», souligne Pascal Charlet, directeur de La Gruyère Tourisme.


«Le délai est court»
Cette dernière n’a ni la mission ni les ressources pour se charger de l’organisation du slowUp, mais, comme en 2014, elle va tenter de trouver un nouvel organisateur, assure le directeur. «Nous allons nous réunir, avec les différentes sociétés de développement et communes concernées, et faire le maximum pour trouver une solution pour 2018 ou 2019. Mais le délai est court.» PR

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.