On kayon rê

En patois
En français

Kan no j’iran dzouno, no j’avan di kayon. Du-trè, pâ na gredalâye. Djuchto chin ke fayê po le minâdzo. In chi tin no j’iran in Franthe, pâ tan yin dè Lyon. Vo chédè ke l’è la kapitale dou «bin-medji».

On majalê boutyi dè rènon vinyê, du la vela, in vakanthe din nouthron velâdzo. No l’ingadjivan po majalâ. I no fajê di chpèchyalitâ a cha fathon. Le fèdzo dè pouê l’è pâ tan bon kan on le medzè tyè dinche, ma adon, li n’in fajê di mèrvèyè. Di linju a danâ on chin. Di chouchechè ke betâvan a chètchi; no j’avan rin dè bouârna. Lè grô mochi, lè betâvan a chalâ, a la kâva, ou chalâdzo. Chè vouêrdâvan farmo bin. Môgrâ la dyêra, no j’an djamé j’ou fan.

Vo konto pâ l’ègjèkuchyon dou pouro gouri è to le trayin. Ma oun’avantura l’è arouvâye on dè chtou dzoua dè maji. Lè j’ômo kan l’an j’ou fournê dè pyumâ la bithe, chon jelâ dedin, bère on kâfé. Kan chon rèchayê, rin-mé dè gouri!

A la korcha, deché, delé, apri le dichparu. L’è in alin a la «bouna méjon» ke la chêrvinta l’a fê ouna bramâye: On fâchèyà ke pachâvè, l’avi achètâ le kadâvro chu le trône de la katyêre.

L’è kan mimo j’ou bon.

Anne Marie Yerly

 

Un cochon roi

Quand nous étions jeunes, nous avions des cochons. Deux ou trois, pas une ribambelle. Juste ce qu’il fallait pour le ménage. En ce temps-là nous étions en France, pas très loin de Lyon. Vous savez que c’est la capitale du bien-manger.

Un boucher-charcutier de renom, venait de la ville, en vacances dans notre village. Nous l’engagions pour «faire boucherie». Il nous faisait des spécialités à sa façon. Le foie de porc n’est pas très bon quand on le mange simplement, comme ça, mais alors, il en faisait des merveilles. Des saucissons à damner un saint. Des saucisses que l’on mettait à sécher; nous n’avions pas de «borne». Les grands morceaux, ont les mettait à saler, à la cave, au saloir. Ils se conservaient fort bien. Malgré la guerre, nous n’avons jamais eu faim.

Je ne vous raconte pas l’exécution du pauvre cochon et tout ce qui s’en suit. Mais, une aventure est arrivée un de ces jours de boucherie. Les hommes ayant fini de raser la bête, sont entrés pour boire un café. En ressortant: plus de «gouri».

A la course, deci delà à la recherche du disparu. C’est en allant à la «bonne maison» que la servante a hurlé: un farceur avait assis le cadavre sur le trône.

Il a tout de même été bon.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au RSSV, le torchon brûle entre direction et employés

Des aides-soignants et infirmiers du Réseau santé et social de la Veveyse dénoncent un environnement de travail délétère. De nouveaux témoignages d’ex-collaborateurs montrent que les tensions entre employés et direction durent depuis quatre ans au moins.