On lârè tinpru

En patois
En français

L’i a totè chouârtè dè lârè; di piti malin, ou bin di brouyà. Lè brouyà chon lè pye rujâ. Lè piti malin chè fan pâ yètâ. Fô avê de l’èchpri è dè la hyinthe po pâ chè fére prindre. 

Robâ, chi mo, i vin du le viyo franché «dèrober». Le lârè vin achebin dou mo «ladre». L’i a lè piti lârè, kemin lè marâdeu, lè brakonyé. L’i a tan dè fathon dè robâ, alâdè chu le dikchenéro, vo j’in trovâdè on mache.

L’è on dèfô, on vitho, ke l’è chovin dè famiye. Voli-vo ouna pràva?

Din ouna dè hou famiyè, le premi bouébo irè vinyê ou mondo. Irè adi to frè, adi pâ lavâ, lè dzouno parin iran èmêrvèyi. Le chènia irè on dè hou barbotèri fameu. L’avê di dê a krotsè ke l’i vinyan dza dè chon chènia. Por akothemâ prou vuto chon poupon a la pratika, l’i pachâvè di medâyè, di pithè dè mounêya dèvan le nâ. Le piti brontchivè pâ. Ma, chè dou piti pouin iran bin kotâ, kemin ti lè poupon. Rin a fére, l’omo l’a  moujâ k’irè on bokon tru vuto po l’aprintechâdzo!

Adon, k’an l’an prê po le bânyi, l’ou j’a bin fayu l’i ourâ lè man. Tyè krêdè-vo ke l’an trovâ din chan man drête: L’alyanthe a la bouna fèma!

Anne Marie Yerly

 

Un voleur précoce

Il y a toutes sortes de voleurs, de petits malins ou de grands tricheurs. Les tricheurs sont les plus rusés. Les petits malins ne se font pas attraper. Il faut avoir de l’esprit et de l’intelligence pour ne pas se faire prendre.

Robâ, ce mot nous vient du vieux français, dérober. Le lârè vient du vieux mot ladre. Il y a les petits voleurs, comme les maraudeurs, les braconniers. Il y a tant de façons de voler, allez sur le dictionnaire patois, vous en trouvez en quantité.

C’est un défaut, un vice, qui se transmet souvent de famille en famille. En voulez-vous une preuve?

Dans une de ces familles, le premier garçon était venu au monde. Il était encore tout frais, pas encore lavé, les jeunes parents étaient émerveillés. Le père était un voleur notoire. Il avait des doigts crochus qui lui venaient déjà de son père. Pour habituer très tôt son bébé à la pratique, il lui passait des médailles, des pièces de monnaie devant le nez. Le petit ne bronchait pas. Mais, ses deux petits poings était bien fermés, comme tous les bébés. Rien à faire, l’homme a pensé que c’était un peu tôt pour l’apprentissage.

Alors, lorsqu’on le pris pour le baigner, il fallut bien lui ouvrir les mains. Que croyez-vous qu’on trouva dans sa main droite? L’alliance de la sage-femme!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses