Le tin ke fâ

En patois
En français

No chin d’obedji dè dre ke le tin l’è vretâbyamin dèrandji. Tank’ora, din chi mê dè janvyé, no jan jou gayâ tyè dou pou tin: du tin-j’intin d’la nê, è pu drê apri d’la pyodze, è di j’ourè a dèkornâ lè bà. I fô bin rèkonyèthre k’la têra chè rètsàdè. Li-ya tchyè chi drôlo dè Trump ke vou pâ le krêre. È dre ke nouthron payi dê chè findre in katre po rèchyêdre chi moncheu a Davos. Hô bin chur ke chin va léchi bin di j’èku din la chtachyon. Por li, ly-a-the ôtyè d’ôtro ke kontè? L’è bin vré ke din nouthron mondo d’ora, tyè k’on fari pâ por avê todoulon mé d’ardzin?

Din le tin fayi chovin chè kontintâ dè pou. Din mon velâdzo, mè chovigno dè Fanfouè ke ch’ayechê d’na granta famiye, pâ tan ardzintâye, ma fachèyàja. Chi Fanfouè dejê: «Vêr no, no chin pâ di to-to rotso, ma no chin pâ di mârè dè pouro. Le matin no j’an dou pan è dou kâfé. A midzoua, dou kâfè è dou pan. A la marinda, no j’an rin, ma no rijin bin.»

È bin dariremin no j’an pu rire on bon kou, a Erbivuè, avu lè duvè pithè dè téâtre in patê ke chon jou dzuyêtè. Chin fâ dou bin è rèbetè le kà in pyathe.

È pu i rèdzuyon dechando è demindze 27 è 28. 

Vonvon Kolly

 

Le temps qu’il fait

Nous sommes bien obligé de dire que le temps est véritablement dérangé. Jusqu’ici, dans ce mois de janvier, nous avons eu surtout du mauvais temps: de temps en temps de la neige, et juste après de la pluie, et des vents à décorner les bœufs. Il faut bien reconnaître que la terre se réchauffe. Il y a seulement ce drôle de Trump qui ne veut pas le croire. Et dire que notre pays doit se fendre en quatre pour recevoir ce monsieur à Davos, Oh bien sûr, cela va laisser des écus dans la station. Pour lui, y a-t-il quelque chose d’autre qui compte? C’est bien vrai que dans notre monde d’aujourd’hui, que ne ferait-on pas pour avoir toujours plus d’argent!

Dans le temps, il fallait souvent se contenter de peu. Dans mon village, je me souviens de Fanfouè qui sortait d’une famille pas tellement argentée, mais farceuse. Ce Fanfouè disait: «Chez nous, on n’est pas des tout-tout riches, mais on n’est pas des vauriens de pauvres. Le matin, nous avons du pain et du café. A midi, du café et du pain. Au souper, on a rien, mais on rit bien».

Et bien, dernièrement, nous avons pu rire un bon coup, à Albeuve, avec les pièces de théâtre patois qui furent jouées. Cela fait du bien et remet le cœur en place.

Et, ils jouent encore samedi et dimanche 27 et 28.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Décès de l'ancien conseiller national Jean-Nicolas Philipona

Personnalité très connue dans le canton, conseiller national PLR de 1987 à 1999, Jean-Nicolas Philipona a été victime mercredi d'un infarctus alors qu'il s'occupait de son jardin, à Vuippens. Agriculteur, il a notamment présidé l'Interprofession du vacherin fribourgeois. Il avait 75 ans.