A Romont, l'assaillant du Service social échappe à une peine privative de liberté

| ven, 19. Jan. 2018

L'homme qui avait saccagé à la masse un bureau du Service social et blessé le chef du Service a été condamné à une peine de 240 jours-amende, avec sursis de trois ans. Le Juge de police de la Glâne l'a reconnu coupable de lésions corporelles simples, de dommages à la propriété et de menaces.

Ce sursis de trois ans est conditionné à deux règles de conduite: un suivi psychiatrique régulier et le respect de l'interdiction d'aborder l'assistante sociale et le chef du Service que le quadragénaire avait menacé en janvier 2017.

Ce dernier échappe ainsi à une peine privative de liberté, comme l'avait requit le Ministère public. Il n'y aurait pas échappé si les faits s'étaient déroulés en ce début d'année. En effet, les nouvelles dispositions du Code pénal entrées en vigueur le 1er janvier 2018 stipulent qu'une peine pécuniaire ne peut excéder 180 jours-amende.

Il devra en outre s'aquitter d'une amende de 300 francs, de près de 7000 francs d'indemnités et de plus de 17'000 francs de frais de procédure.

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses