On bon réjan

En patois
En français

L’i a dè chin poutithre chuchant’an, din le galé velâdzo d’Échê, le réjan dêvechê inchtruire ouna thinkantanna dè j’infan. Fiyètè è bouébo dè chat’an, tantyè a chèdzè. Moujâdè on bokon!

Môgrâ chin, n’in d’è kan mimo chayê di to chuti è di totè fênè. Pâ chin pêna. Fô chavê k’a chi momin, din lè velâdzo l’i avi tyè le réjan ke chavi ôtyè. Lè parin le chotinyan fêrmo. Pâ tyachon d’alâ kontre.

Lè to piti, ke l’avan rin yu d’ôtro tyè la méjon è lou dona, iran têrubyamin èpouiri. Chavan a pêna le franché è i tutèyivan to le mondo. A kou dè bâthon chovin, le réjan koridjivè to chin.

A on bouébelè, onko bin châdzo è dè bon keman, inpochubyo dè li fére konprindre ke fayi pâ tutèyi le réjan. Chi inke, por on kou bin pahyin, l’a pâ tru dèpuchtâ po keminhyi. Ma, on kou ke l’è j’ou on bokon dègremiyi, l’i a fê èkrire thinkanta kou «je ne dois pas tutoyer mon maître».

L’a prê chon korâdzo a duvè man è l’a fêre cha punihyon. Le réjan prin la foye… vouêtè chin krânamin pu, i di ou gamenè (in franché bin chure): Potyè t’â èkri than kou, adon ke  t’avé de thinkanta?

Le piti l’i rèbrekè: «L’è po tè fére pyiéji!»

Anne Marie Yerly

 

 

Un bon instituteur

Il y a peut-être soixante ans, dans le joli village d’Essert, le régent devait instruire une cinquantaine d’enfants. Filles et garçons de sept ans jusqu’à seize. Imaginez!

Malgré ça, il en est quand même sorti de tous malins et de toutes fines. Pas sans peine. Il faut savoir qu’à ce moment-là dans les villages, il n’y avait que le maître qui savait tout. Les parents le soutenaient fermement. Pas question d’aller contre sa volonté.

Les tout petits, qui n’avaient rien vu d’autre que la maison et leur maman, étaient terriblement apeurés. Ils savaient à peine le français et tutoyaient tout le monde. A coups de bâton souvent, le régent corrigeait tout cela.

A un petit garçon encore bien sage et bien facile à vivre, impossible de faire comprendre qu’il ne fallait pas tutoyer le maître. Celui-ci, pour une fois bien patient, n’a pas trop grondé pour commencer. Mais une fois qu’il fut un peu plus dégourdi, il lui fit écrire cinquante fois «Je ne dois pas tutoyer mon maître».

Il a pris son courage à deux mains et a fait sa punition. Le régent prend la feuille, regarde ça crânement puis, il dit au petit gamin (en français bien sur): «Pourquoi as-tu écrit cent fois alors que je t’avais dit cinquante?»

Le petit lui réplique: «C’est pour te faire plaisir!»

Anne Marie Yerly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses