Didier Castella et la guerre des gauches

mar, 23. Jan. 2018

Il n’est pas de la bonne partie du canton, pas du bon sexe et pas du bon parti. Si Didier Castella devait être élu, le Conseil d’Etat se retrouverait avec six hommes, cinq représentants du centre ou de la droite et quatre habitants du Sud (trois Gruériens et un Glânois). Pas vraiment ce qu’a signifié le corps électoral fribourgeois le 27 novembre 2016… C’est pourtant lui qui, à six semaines du jour J, endosse le rôle de favori. Une situation inimaginable il y a quelques mois, qui s’explique par la nature de l’élection (complémentaire, au système majoritaire) et par les vives tensions internes qui affaiblissent la gauche.

Si le libéral-radical fait peur, c’est qu’il a, potentiellement, 65% des forces politiques derrière lui s’il atteint le deuxième tour. Ce chiffre est évidemment très…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...