Karêma

En patois
En français

Chti kou no l’i chin! Lè hyindrè no j’an rapalâ ke no chin «Putha è ke no rètornèrin in putha». Ou bin in hyindrè, puchke l’è la mouda.

On yâdzo, irè pâ rin. N’in d’avê di tsoujè a fére… è chuto a pâ fére. Le medji: dè tyè rujâ in kotyè chenannè. Rin dè tsê, rin dè bonbenichè, rin dè chokolâ è pou dè vin. Le demâ dè Kamintran, i prenyan dou buro è di konfiturè po le dèdzounon, chin oubyâ la kuchôla. A midzoua è a marinda, ouna lorda rachyon dè tsanbèta, dou fre, dè la hyà è di meringè .Le to bin arojâ. Apri, katchivan la tsanbèta din lè hyindrè, tantyè a Pâtyè.

Che vo j’i fan dè chavê to chin k’irè intêrdi, fudrè trè pâdzè. Po lè j’infan, ouna fourdèrâ dè chakrifitho po keminhyi! Ma adon po lè grô… la pènetinthe keminhyivè dèjo le lèvè. Pâ tyachon dè «fére chon dèvê» in Karêma. Portan lè prithre inkoradjivan lè grôchè famiyè, ma, pâ n’inpouârtè kan!

Din lè piti velâdzo, lè dzin chè ginyivan lè j’on lè j’ôtro. Che par ajâ, on poupon arouvâvè djuchto nou mê apri; lè krouyè linvouè alâvan bon trin: «Chi l’è j’ou kemandâ in Karêma!»

Apri to chin, tsakon alâvè «Fére chè Patyè!»

Anne Marie Yerly

 

 

Carême

Cette fois nous y sommes! Les Cendres nous ont rappelé que nous sommes «poussière et que nous retournerons en poussière». Ou en cendres, puisque c’est la mode.

Dans le vieux temps, ce n’était pas rien. Il y en avait des choses à faire… et surtout à ne pas faire. La nourriture: de quoi maigrir en quelques semaines. Pas de viande, pas de sucreries, point de chocolat et peu de vin. Le Mardi de Carnaval, on mangeait du beurre et des confitures pour le petit déjeuner, sans oublier la cuchaule. A midi et au souper une grande ration de jambon, du fromage, de la crème et des meringues. Le tout bien arrosé. Après, on cachait le jambon dans les cendres jusqu’à Pâques.

Si vous avez envie de savoir tout ce qui était interdit, nous en aurions pour trois pages. Pour les enfants, un plein tablier de sacrifices pour commencer! Mais alors pour les grands… la pénitence commençait sous la couette. Pas question de «faire son devoir» pendant le Carême. Pourtant les prêtres encourageaient les grandes familles, mais, pas n’importe quand!

Dans les petits villages, les gens s’épiaient les uns les autres. Si par hasard, un bébé naissait juste neuf mois plus tard; les mauvaises langues allaient bon train:«Celui-là, il a été commandé pendant le Carême!»

Après tout cela, chacun allait «faire ses Pâques!»

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.