L’engagement sans manifeste

jeu, 02. nov. 2017

Le réalisateur Gus Van Sant est à l’honneur à Lausanne. Le Musée de l’Elysée consacre une exposition à ses multiples facettes artistiques, tandis que la Cinémathèque projette l’intégrale de ses films.

YANN GUERCHANIK

65 ans, Gus Van Sant a l’air adolescent. De la candeur avec une traînée d’essence au fond des yeux. L’homme est doux, mais quelque chose gronde. Une force, une détermination qui pourrait prendre feu.

La semaine passée, il est venu entouré de son mystère. Invité par l’Ecole cantonale d’art de Lausanne pour une masterclass, le réalisateur américain a pesé ses mots comme de coutume. Se raconter sans trop en dire. S’attacher à l’évidence. Ne pas tourner autour du pot.

On le dit atypique. C’est pire. Il est déroutant comme le cosmos. A tel point qu’on peine à relier ses films…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...