Le ski freestyle comme centre de gravité

jeu, 04. Jan. 2018

Le troisième épisode de la série consacrée aux espoirs de la région s’intéresse au freestyleur Valentin Morel. Le Tourain raconte sa nouvelle vie en internat sport-études à Engelberg et évoque ses plans de carrière. Le ski? Sa raison de vivre.

JONAS RUFFIEUX

Il suffit d’échanger quelques minutes avec Valentin Morel pour découvrir le centre de gravité de sa vie: le ski, freestyle uniquement, passion qu’il souhaite voir devenir profession.

Le jeune homme de 17 ans a lancé ses premières figures à l’âge de dix ans, à Moléson. «J’avais commencé par du roller au skatepark puis, entre copains, nous nous amusions dans différents snowparks.»

Dans son sport, le Tourain est en constante recherche d’adrénaline, sensation qu’il ne retrouve que dans les airs. «Puis à la réception d’un saut réussi, le…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Etre salarié plutôt que rentier, par le stage de réinsertion

Un accident, une rupture, un burnout. Nul n’est à l’abri d’un revers susceptible de bouleverser sa vie, et sa vie professionnelle. Avec la 6e révision de l’assurance invalidité, désormais, la réinsertion prime la rente.