Pédophile multirécidiviste jugé dès mardi à Bulle

| sam, 03. fév. 2018

Robert T. est accusé d’avoir abusé sexuellement près de 90 jeunes garçons thaïlandais. Il se retrouvera cette semaine devant le Tribunal pénal de la Gruyère. Arrêté à Bulle en février 2015, ce multirécidiviste a été condamné pour la première fois en 1980.

PAR VALENTIN CASTELLA

Novembre 2014: un certain Robert T. se présente au Service social de la ville de Bulle. L’homme habite le chef-lieu, d’où vient sa mère, et se retrouve sans ressources financières. Il demande alors de l’aide, expliquant qu’il a dû précipitamment quitter la Thaïlande, de crainte d’être arrêté par les autorités. Alertée, la police fribourgeoise se renseigne. Il en ressort que l’intéressé devait être interrogé en Thaïlande dans le cadre d’une enquête sur la prostitution de mineurs de moins de 15 ans.
C’est le début d’une investigation de deux ans qui va révéler une sordide affaire de pédophilie d’une immense ampleur, impliquant près de 90 enfants et plusieurs prévenus habitant différents pays. Mardi, Robert T., âgé de 74 ans, se retrouvera devant le Tribunal pénal de la Gruyère pour répondre de ses actes. A Bulle, il sera le protagoniste d’un quatrième procès à son encontre.


Une grande autorité
Condamné à deux reprises en Suisse pour avoir abusé d’enfants dans les années 1980 et 1990, et licencié plusieurs fois pour soupçons de pédophilie lorsqu’il officiait comme éducateur, il part en 1991 au Cambodge, puis s’installe en Thaïlande. A Pattaya, il acquiert un club gay et construit, en 1998, une maison dans le village voisin de Nonghoï. Là-bas, le Lucernois d’origine fait office de bienfaiteur, en emmenant les enfants à l’hôpital, ou en faisant construire un puits pour l’approvisionnement en eau potable. Dans un univers où la pauvreté est reine, le Bullois exerce une grande autorité sur les enfants et leurs familles. Un sentiment de toute-puissance qu’il exploite à sa guise.
En effet, l’homme, pédophile reconnu en Suisse, use d’un mode opératoire bien précis pour exploiter la misère des jeunes garçons de la région. D’abord, il les invite dans sa piscine, leur donne un peu d’argent et des cadeaux, afin qu’ils reviennent. Ensuite, Robert T. les familiarise avec la nudité et la proximité avec d’autres hommes, qui se baignent nus avec eux. Comme une araignée, il tisse sa toile, en préparant les enfants, parfois âgés de 10 ans, à effectuer des actes sexuels. Comme le signale l’acte d’accusation, ces garçons sont manipulés, conditionnés.
Prêtes, les victimes sont alors forcées d’entretenir, avec lui, devant lui ou sous les yeux de clients, des activités sexuelles avec d’autres camarades d’infortune. Masturbations, fellations, pénétrations anales et orales: voici ce qu’exige Robert T. pour assouvir ses désirs et ceux de ses clients. Car, oui, ils étaient parfois plusieurs à assister au spectacle. Ces spectateurs étaient ses «amis» et avaient le droit d’être présents, car ils parrainaient un enfant et faisaient ensuite ce qu’ils souhaitaient avec. De l’argent qui était ensuite utilisé pour l’écolage et les soins des enfants, qui lui étaient dès lors redevables. Un cercle infernal.
Sur place, les parrains et Robert T. donnaient aux enfants des indications précises sur le type d’activités sexuelles. Dans une vidéo, on entend par exemple un homme parler en allemand. Ses ordres étaient ensuite traduits en thaï.


De la marchandise
Comme de vulgaires produits, le Bullois utilisait ces enfants à des fins commerciales et pour ses propres désirs. Les victimes subissaient ces sévices dans la maison de Robert T., mais également dans des chambres de passe et dans l’appartement que le Bullois possédait au-dessus de son club à Pattaya. Ils louaient alors ses «protégés» à des clients. Certains ont été abusés pendant près de dix ans et étaient parfois forcés de s’adonner à des actes sexuels avec leurs frères ou leurs cousins.


Des milliers de photos
Si l’accusation est si détaillée, c’est que les enquêteurs ont déniché, sur l’ordinateur du multirécidiviste et sur ceux de ses «amis», plusieurs milliers de photos à caractère pédopornographique. En plus de forcer ses victimes à subir des violences sexuelles, il les prenait en photo et les filmait. Certains enfants ont été photographiés dans des positions obscènes plus de quatre cents fois. Durant ces séances, Robert T. officiait comme maître de cérémonie, s’occupant de prendre les photos, de donner les consignes et de distribuer des préservatifs et du lubrifiant. Dans la boîte, les images étaient ensuite transmises à ses clients.
En Thaïlande, ses activités ont duré jusqu’en 2014. En mai de cette année-là, Robert T. sent qu’il est préférable de s’en aller. Il vient d’être jugé et acquitté par le Tribunal de Pattaya pour abus sexuels sur un enfant et sait que la justice veut le revoir pour une autre affaire. Neuf ans plus tôt, une enquête du même ordre le concernait. Elle avait finalement été abandonnée. Il se trouve dans l’œil du cyclone et décide de reve-nir en Suisse, à Bulle. Sans ressources financières, il est con-traint de se signaler auprès de l’Etat, qui le repère et l’arrête alors qu’il était sur le point de repartir en Asie. Robert T. se trouve en détention depuis le 25 février 2015. Il réside actuellement aux Etablissements de Bellechasse.
Mardi, mercredi et vendredi, à Bulle, il sera jugé pour de multiples infractions, comme la traite d’êtres humains à des fins pornographiques et de prostitution, et la contrainte sexuelle. Trois des sept victimes identifiées seront représentées par des avocats. Les quatre autres, ainsi que les  huitante enfants qui n’ont pas été identifiés, ne seront pas défendus. Ils devraient toutefois peser lourd lorsqu’il s’agira de prononcer la peine de ce pédophile multirécidiviste qui sévit depuis bientôt quarante ans. ■

 

Commentaires

Inimaginable que de nos jours un homme puisse agir de la sorte en toute impunité durant 40 ans. Ne devrions nous pas en vouloir aux autorités de la Thaïlande. là ou les enfants ne sont que des objets pour le tourisme très souvent en accord avec les familles. Moyennant argent. Pays de corruptions, pays qui s'enrichit sur le dos de ces pauvres gosses. Dans les rues de partout nous ne voyons que des enfants ce livrant a la prostitution forcé par ces malades ces crétins qui sont la gente masculine. De penser que ce pédophile sévit depuis plus de 40 ans. Honte et vergogne à nos autorités.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Action de luttte contre les nuisances sonores

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans la nuit de vendredi à samedi, la police cantonale a effectué une action de lutte contre les comportements générant de l’insécurité routière. Des contrôles ont été faits dans les alentours de Bulle et de Fribourg. Cette action a été mise sur pied à la suite de nombreuses doléances, notamment en raison des nuisances sonores dues à des modifications techniques non conforme...