Chi bon viyo tridzo

En patois
En français

Lè moudè tsandzon, lè dzin tsandzon achebin. A propou dou bredzon, oubin dou  mandzeron kemin i dyon chuvin yô, l’i arè dè tyè inpyâ di pâdzè.

Che vo vuityidè di foto dè mile-nou thin è ôtyè, lè bredzon chon brodâ ou pouin d’èpena tot’alintoua. Rin dè bal-èthêlè. Pu piti a piti l’è vinyête la mouda dè n’in brodâ ou rèvê dou kol. Apri chin, ouna kojandêre l’a trovâ bon dè l’i betâ di pititè j’èthêlè.

Lè tsemijè iran balè biantsè din le to viyo tin. Lè dzin iran pâ onko akothemâ ou koton, irè dou tsenèvo ke kurtiyivan mimo, è k’irè techotâ a la méjon. In apri le koton l’è arouvâ, ma bian, bin chure. Le pantè bleu ke betâvan por aryâ è travayi l’è arouvâ pye tâ, avu di pititè linyè d’oun-ôtra kolà. La bal-èthêla chobrâvè chu lè vani… a cha pyêthe. 

Le tridzo irè techotâ din lè chalvê, dè la pâ dè Witzwil, ke l’an de, pê di prèjenê. I fajan chin dèjo di tê, ma in pyin- ê. Le travô irè pènâbyo è mô chan. L’y a kotyè j’an, l’an trovâ ke le bleu irè de la pojon. L’è po chin k’ou dzoua d’ora lè bredzon chon pâ ache bi bleu tyè dèvan tan. 

Pouârtè rin! Le bredzon l’a rètrovâ chè lètrè dè noubyèthe. Lè j’omo è achebin lè dzouno le pouârton adi mé, è dè bon kà. L’è chin ke kontè.

Anne Marie Yerly

 

 

Ce bon vieux triège

Les modes changent, les gens changent aussi. A propos du bredzon, ou du mandzron comme disent certains, il y aurait de quoi remplir des pages.

Si vous regardez des photos de mille neuf cent et quelque, les bredzons sont brodés au point d’épine tout autour. Point d’edelweiss. Puis petit à petit est venue la mode d’en broder aux revers du col. Après cela, une couturière a trouvé bon d’y mettre de petites étoiles.

Les chemises étaient bien blanches dans le vieux temps. Les gens n’étaient pas encore habitués au coton, c’était du chanvre que l’on cultivait soi-même, et qui était tissé à la maison. Plus tard le coton est arrivé, mais blanc, bien sur. La chemise bleue que l’on mettait pour traire et travailler est arrivée plus tard. L’édelweiss restait sur les montagnes, à sa place.

Le triège était tissé dans les pénitenciers, du côté de Witzwil parait-il, par des prisonniers. Ils faisaient ça sous des toits, mais en plein air. Le travail était pénible et malsain. Il y a quelques années, on a trouvé que la teinture bleue était poison. Voilà pourquoi aujourd’hui les bredzons ne sont plus aussi bleus qu’auparavant.

Ça ne fait rien! Le bredzon à retrouvé ses lettres de noblesse. Les hommes, et aussi les jeunes le portent de plus en plus, et de bon cœur. C’est ce qui compte.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses