Mouvement vers le changement et mouvement de résistance

jeu, 08. mar. 2018

Grâce au mouvement #metoo, la parole des victimes de harcèlement et de violences sexuelles s’est libérée, et elle s’entend. Mais, pour Geneviève Beaud Spang, responsable du Bureau de l’égalité fribourgeois, les conséquences concrètes – davantage de plaintes déposées – font face à la résistance de la société au changement.

PRISKA RAUBER

Le hashtag «me too» – «moi aussi, j’ai été victime de harcèlement, de violences sexuelles» – a fonctionné comme un mégaphone planétaire. Le monde a mesuré l’ampleur du problème. Un problème qui n’a par ailleurs rien de nouveau. Mais, pour la première fois, on entend les victimes, qui espèrent voir dans ce mouvement autant la prise de conscience des effets dévastateurs du harcèlement que la fin de l’impunité des harceleurs.

Le Bureau de l’égalité…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses