Samedi cinéma

sam, 10. mar. 2018

Le patinage, versant «bad girl»

MOI, TONYA. C’est l’un des plus retentissants scandales du sport moderne. Et il ne s’agit ni de dopage ni de corruption. Plutôt d’une affaire de minables qui jouent aux caïds, sur fond de misère sociale et intellectuelle. Quelques semaines avant les jeux Olympiques de Lillehammer, en janvier 1994, la patineuse américaine Nancy Kerrigan est frappée aux jambes par un homme, armé d’une barre de fer, à la sortie de l’entraînement. L’image de la jeune femme à terre, pleurant des «why?» est restée célèbre. Très vite, les soupçons se tournent vers sa rivale, Tonya Harding, et son entourage peu reluisant.

Cet «incident» – comme tout le monde l’appelle dans le film– traverse en filigrane Moi,Tonya, le biopic que l’Australien Craig Gillespie consacre à la badgirlde…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses