Une machine à faire monter la fièvre

jeu, 22. mar. 2018

Nathaniel Rateliff
& the Night Sweats

TEARING AT THE SEAMS

Universal

Au premier abord, on pourra y voir un paradoxe. Une bande de rednecks, tous blancs de peau, barbes foisonnantes, cheveux hirsutes et vestes en jeans noirs vintage, qui chantent de la black soul sur le mythique label Stax en 2018! Surprenant, non? Pas tant que ça en ce qui concerne Nathaniel Rateliff & The Night Sweats, qui viennent de sortir Tearing at the seams, un second album palpitant, et qui enflammeront Paléo le 20 juillet prochain (on vous aura prévenus).

A bientôt quarante balais, le natif de Denver, Colorado, n’est pas franchement né de la dernière pluie sur les Rocheuses. Batteur, puis songwriter intimiste, il se découvre des ailes avec ses deux groupes successifs, The Wheel et The Night Sweats. A huit sur…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...