Energissima renaît de ses cendres (renouvelables)

| jeu, 05. avr. 2018

PAR JEAN GODEL

L’édition du renouveau. Après quatre années de pause, Energissima revient à la vie… et à Bulle, où le salon a été fondé en 2007 par Pierre Schwaller et Béat Kunz, alors directeur d’Espace Gruyère. La manifestation exclusivement dédiée aux solutions énergétiques et technologies durables – la seule en Suisse – retrouve Bulle après avoir dépéri à Forum Fribourg où elle avait émigré dès 2010.

Avec ce renouveau, qui plus est conduit par ses figures «historiques», Energissima veut redevenir un salon populaire, une vaste plate-forme romande d’échanges réunissant les acteurs de la transition énergétique. Y compris le grand public et les jeunes générations.

Du 12 au 15 avril, Espace Gruyère sera donc ouvert à tous, sans distinction. Avec une centaine d’exposants de toute la Suisse, 60 conférences, 50 animations et 20 ateliers pour les enfants, la manifestation affiche d’emblée de grandes ambitions. «Jamais les enjeux liés aux énergies renouvelables et à la transition énergétique n’ont été aussi présents… et pressants» justifiait hier Béat Kunz, lors d’une conférence de presse à Espace Gruyère. Président du salon, il agit désormais en tant qu’indépendant à la tête de Kunz Expo & Events.

Pierre Schwaller rappelle que, dans le domaine, les choses ont changé bien plus vite qu’on aurait pu le croire en 2007: les LED se sont imposés partout, tout comme les vélos à assistance électrique. «Et en 2010, le Conseil fédéral avait encore en tête de construire trois centrales nucléaires…»

«Je crois fondamentalement au succès du salon», enchaîne Marie-Noëlle Pasquier, actuelle directrice d’Espace Gruyère, la structure propriétaire d’Energissima. Plusieurs thèmes prioritaires ont été définis.

BÂTIMENT

Au fil de nombreuses conférences et sur les stands, les propriétaires pourront se faire guider dans leurs projets de construction ou de rénovation: intégration des énergies renouvelables, habitat du futur, soutiens et subventions, autant de thèmes abordés par tous les acteurs concernés, des représentants des autorités aux maîtres d’œuvre.

«L’idée est d’offrir des bons plans à tout le monde», résume Béat Kunz, qui se base sur l’immense succès des récentes soirées d’information du canton sur son «programme bâtiments». Un programme d’ailleurs présent, dimanche, en conférence.

Cerise sur le gâteau, le salon proposera l’action Go4sun, un carnet de bons offert par treize exposants spécialisés et donnant droit à des rabais exclusifs sur les installations photovoltaïques. Une première initiée par le Swiss Energy Tour et le Service de l’énergie du canton. «L’énergie solaire est devenue concurrentielle, mais avec Go4sun, la bascule en sa faveur est définitive», assure Werner Halter, de Swiss Energy Tour.

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Energissima a eu l’idée de réunir les cantons et les communes, petites et moyennes. Avec la Confédération, ils sont les acteurs incontournables de la transition énergétique. Deux forums leur sont consacrés vendredi. Ediles communaux, députés et représentants politiques romands échangeront sur leurs expériences.

MOBILITÉ

Dans son Espace mobilité, le salon offrira la possibilité de tester les derniers modèles de voitures électriques des grandes marques. Idem pour les vélos à assistance électrique, du city bike au VTT et à l’enduro sportif. Les TPF feront aussi circuler leur navette autonome.

EXPÉRIMENTER

Les jeunes générations seront les actrices concrètes de la transition énergétique. Energissima leur réserve donc un vaste programme d’animations et d’expérimentations, toutes gratuites (certaines sur inscription, le week-end). Le Family lab, le laboratoire scientificoludique de l’EPFL et de Groupe E, fera ainsi se rencontrer scientifiques, enfants et familles autour d’ateliers.

Invité d’honneur, le Smart living lab (SLL), basé à la BlueFactory de Fribourg, sera aussi présent avec un stand dédié à l’architecture durable. La plate-forme de recherche interdisciplinaire sur l’habitat du futur, commune à l’EPFL, l’Université et la HEIA de Fribourg, proposera des démonstrateurs de ses projets de recherche. Bien sûr, le SLL présentera aussi le NeighborHub, la maison solaire victorieuse au récent Solar Decathlon 2017, à Denver.

MAIS ENCORE…

Présent dès 2007 avec son premier bateau solaire, l’écoexplorateur Raphaël Domjan sera présent, le dimanche, pour une conférence sur son projet SolarStratos. Durant le salon, le public pourra d’ailleurs prendre les commandes du simulateur de son futur avion solaire stratosphérique.

Forte du succès de sa première saison, l’été dernier sur la RTS, Aujourd’hui, l’émission de Jonas Schneiter et Marc Muller, a choisi Energissima comme lieu de casting, pour le canton de Fribourg, en vue de sa saison 2. Chacun pourra venir présenter son projet durable devant les caméras.

Avec son slogan «Il n’y a pas de petits gestes quand on est des millions à les faire», le projet Swiss Energy Tour fera halte à Energissima dans le cadre de son tour de Suisse. Un stand interactif pour découvrir les bons gestes qui font économiser l’argent, l’énergie et le CO2. Et gagner en confort. Plus efficace que mille discours moralisateurs et alarmistes!

Enfin, Energissima est la première manifestation du canton à être labellisée Carbon Fri, du nom de la fondation récemment lancée dans le but d’encourager les entreprises fribourgeoises à réduire leurs émissions de CO2. ■

Programme complet sur www.energissima.ch


Une histoire mouvementée

Après l’arrêt d’Energissima en 2013, beaucoup se sont demandé les raisons d’un tel gâchis. Car le salon, né à Bulle en 2007, avait d’emblée connu un immense succès. Les meilleures éditions ont réuni plus de 15 000 visiteurs à Espace Gruyère. La dernière, à Forum Fribourg, en 2013, et réservée aux professionnels, n’a affiché que 37 exposants pour moins de 2500 visiteurs.

C’est le consultant gruérien Pierre Schwaller qui, dès 2005, glisse l’idée d’un tel salon à l’oreille de Béat Kunz, alors directeur d’Espace Gruyère. Le conseiller d’Etat Pascal Corminboeuf convainc ses services de l’intérêt d’une telle manifestation. Il en a d’ailleurs été le premier président.

Une erreur stratégique

Energissima fait vite le plein d’exposants. Dont certains jugent leurs produits trop pointus pour le grand public. Au même moment, Espace Gruyère et Forum Fribourg fusionnent. Dès l’édition de 2010, le choix est fait d’associer Energissima, propriété d’Espace Gruyère, à EcoHome, salon signé Forum Fribourg, de le déplacer à Granges-Paccot et de le réserver aux professionnels. Une erreur stratégique: le déclin est engagé. En 2013, année du divorce des deux centres d’exposition, EcoHome intègre la Foire de Fribourg. Et Energissima vit, seul, une triste dernière édition.

Nommée à la tête d’Espace Gruyère en 2014, Marie-Noëlle Pasquier a d’autres chats à fouetter. «Mais j’y ai toujours cru, Energissima était en haut de ma pile…» En 2018, le contexte est plus que jamais favorable à sa thématique: nouvelle Loi sur l’aménagement du territoire, encouragement à la rénovation du bâti et à sa densification, nouvelle stratégie énergétique, essor fulgurant du photovoltaïque et de la mobilité renouvelable, autant de raisons de sortir Energissima du congélateur. Les exposants, eux, ont tout de suite afflué.

«Il n’y a que ceux qui n’entreprennent rien qui ne font pas d’erreur», tranche Marie-Noëlle Pasquier. L’échec de 2013 était dû au positionnement professionnel du salon. On a appris de cette erreur.» Pour cette édition du renouveau, elle mise prudemment sur 6000 à 8000 visiteurs. Largement jouable, au vu du riche programme. JnG

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...