Le Comptoir de Romont contraint de réduire la voilure

| jeu, 19. avr. 2018

PAR FRANÇOIS PHARISA

Faire aussi bien, mais avec moins d’argent. C’est le défi que doit relever le comité directeur du 27e Comptoir de Romont, qui se tiendra du vendredi 25 mai au dimanche 3 juin dans les halles de tennis et de la patinoire. Ces dernières semaines, son équipe a ainsi dû faire des choix, réorganiser l’aménagement de certains espaces.

Habituellement au-dessus du million de francs, le budget de la Foire de la Glâne a été ramené cette année à 900 000 francs. La faute à des locations de surfaces moins nombreuses que lors des dernières éditions. Quelque 300 m2 n’ont pas trouvé preneur sur les 2800 m2 dévolus aux exposants.

«On a imaginé des solutions pour combler les espaces non loués. Pour les visiteurs, cela ne changera absolument rien», souligne Arnaud Maillard, responsable des exposants au sein du comité d’organisation, qui promet un «magnifique comptoir».

Principale mesure de compensation, la place de jeux, installée en 2016 à l’extérieur, a été relocalisée à l’intérieur. Elle occupera 240 m2 et coûtera «environ 20% moins cher», précise Dominique Kaech, qui vivra sa sixième et dernière Foire de la Glâne en tant que président.

Des économies ont aussi été réalisées au niveau de la décoration et de la publicité. «Chaque membre du comité a, en fait, dû revoir le budget de son dicastère à la baisse», résume le trésorier Laurent Deschenaux. Sans que le programme des animations, esquissé récemment (LaGruyère du 22 février) en pâtisse pour autant.

Stands plus modestes

Les commerçants bouderaient-ils donc la manifestation, mise sur pied tous les deux ans dans le chef-lieu glânois? Dominique Kaech nuance. «On a certes moins loué que d’habitude, mais, paradoxalement, on accueillera 120 exposants, soit une dizaine de plus qu’en 2016.» Seulement, ces derniers tiendront des stands plus modestes. Une tendance que rencontrent également les autres foires romandes, tempère Arnaud Maillard.

Le comité d’organisation regrette en revanche le «peu» d’entreprises affiliées à la Société des industriels, commerçants et artisans de Romont et environs (Sicare). Elles ne seront que 25 à venir présenter leurs activités, contre «une bonne quarantaine il y a deux ans», confirme François Helfer, président de la Sicare.

Sur 168 membres cotisants, l’engagement est maigre. «Bien sûr qu’il l’est, mais il faut aussi comprendre la difficulté pour des PME de trois ou quatre employés, nombreuses dans le district, d’assurer une permanence sur un stand pendant dix jours d’affilée, sans pour autant renoncer à l’ouverture de leur magasin ou à l’arrêt de leur activité.»

Le prix de la location ne serait par contre, selon François Helfer, pas en cause. Les membres de la Sicare bénéficient d’ailleurs d’un tarif préférentiel. Ils paient 120 francs le mètre carré, contre 160 francs pour les autres. Le président des commerçants glânois fait en outre remarquer que la tenue du Giron des musiques de la Glâne à Romont du 3 au 6 mai a également pu jouer un rôle. «Plusieurs entreprises sont déjà pas mal sollicitées ce weekend-là.»

N’empêche, les organisateurs espéraient qu’elles s’impliquent davantage. «On en vient à se demander pour qui on le fait ce Comptoir?» s’interroge Dominique Kaech.

Des tuiles et une bisbille

Ce désintérêt des commerçants locaux n’explique pas à lui seul les difficultés rencontrées dans la location. Des circonstances particulières n’y sont pas étrangères non plus. «L’enseigne Dormez Kolly a choisi de ne pas venir parce qu’elle ouvrira prochainement son nouveau magasin à Rossens. Elle occupait environ 180 m2», insiste Arnaud Maillard. L’absence des garagistes représente une autre «tuile». «Ils ne viennent qu’une édition sur deux», précise François Helfer.

Le nombre de marchands de meubles, qui occupent généralement de grandes surfaces, a par ailleurs été limité. Seuls ceux de la Sicare seront là. Les autres n’ont pas été invités. Résultat d’une bisbille entre les membres de la Sicare concernés, décidés à défendre leur exclusivité, et le comité directeur, qui s’est réglée devant le préfet lors d’une séance de conciliation.

«En dialoguant, on a rapidement trou-vé un terrain d’entente», coupe Philippe Ayer, à la fois membre du comité de la Sicare et de celui du comptoir comme responsable de la publicité. Il l’assure, comptoir et Sicare marchent «main dans la main» et cette brouille est «derrière».

«Si nous avions voulu remplir pour remplir, nous aurions pu le faire, mais nous souhaitons proposer un comptoir équilibré avec une grande diversité d’exposants», rétorque pour sa part Arnaud Maillard. Ce qui ne devrait d’ailleurs pas déplaire aux quelque 50 000 visiteurs attendus.

www.comptoir-romont.ch

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses