Le furi l’è rèpri

En patois
En français

Pêr-inke, d’èvê, la natura l’è mô dzoyàja; pêrmo ke l’y a pâ mé dè botyè. Don, rin dè hyà rin dè kolà! Lé-hô, la bal’èthêla chumiyè adi dèjo chon dà manti dè nê. Ma, pê lè djithè: yô chon lè gotràjè a bè dzôno, lè bochè dè bà, lè pititè mardjitè, lè j’ètsèlètè bleuvè? Por là, lè dzalâyè chon adi tru yôtè po hyori.

Ou premi rèlin, dèjo la toupa, inyon è rachenè chè boukanon po chavê nekoué bayèrè lè pye balè hyà.

– «Mè! I cheri vihya d’ouna galéja roba byantse, parâye d’on grô boton dzôno», chè gabè la pitita mardjita.

– «Ô! Ma t’i adi yin d’ithre prèchta! Mè, l’é dza èhyou lè pi din la nê. Chu rin pouirâja è l’è pâ le frê ke m’inpontè», li rèbrekè la hyotsèta dè nê.

Adon, l’inyon dè la gotràja a bè dzôno lou tsetsèyè:

– «Krânâdè pâ, mè bounè miyè! Chuêdè m’n’èchpèryanthe! Alâdè pâ tru rido! Tsakouna d’intrè-no krèthrè kan Dama Natura n’in bayèrè l’ouâdre!»

Dotchi ou ketsè d’on’âbro, Nérâ le mêrlo, n’in d’a rin a fotre dè hou kankan dè botyè. Du le matin ou né, on bokon mokèran, i rèkordè kotyè notè po tsantâ le furi.

Prou chur ke l’è adi tru vuto po le kurtiyâre dè chayi chè badyè, ma… lè dzoua vôlon tan rido, ke  dèman l’è dza vouè.

Bèrnâ Chaney

 

 

                                                                                                                                            

Le printemps de retour

Par ici, en hiver, la nature n’est pas joyeuse, perce qu’il n’y a plus de fleurs. Donc, point de fleurs, point de couleur! Là-haut, l’édelweiss sommeille encore sous son doux manteau de neige. Mais, dans les «gites», où sont les jonquilles, les renoncules acres, les pâquerettes, les centaurées bleues? Pour elles, les gelées sont encore trop fortes pour fleurir.

Au premier dégel, sous les gazon, oignons et racines se taquinent pour savoir qui donnera les plus belles fleurs.

– «Moi, je serai vêtue d’une jolie robe blanche, parée d’un gros bouton jaune!» Se vante la pâquerette.

– «Ho! Mais, tu es encore loin d’être prête. Moi, je me suis déjà épanouie les pieds dans la neige. Je ne suis pas peureuse et ce n’est pas le froid qui m’effraye», lui réplique le perce neige. Alors, l’oignon de la jonquille leur murmure:

– «Ne cranez pas trop, mes bonnes amies! Suivez mon expérience! N’allez pas trop vite. Chacune d’entre nous grandira quand Dame Nature en donnera l’ordre!»

Perché au sommet d’un arbre, Noiraud le merle, n’en a rien à faire de ces cancans de fleurs. Du matin au soir, un peu moqueur, il répète quelques notes pour chanter le printemps.

Pour sur, que c’est encore trop tôt pour le jardinier de sortir ses outils mais, les jours volent si vite que demain… c’est déjà aujourd’hui.

Bernard Chaney

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.