Retour aux frontières des clubs

jeu, 19. avr. 2018

Daniel Avery
SONG FOR ALPHA

Musikvertrieb

S’il y a bien une époque vers laquelle les producteurs actuels de musique électronique se tournent volontiers, c’est le début des années 1990. Et Daniel Avery le prouve encore une fois dans son dernier album, Song for alpha, en s’inspirant des pionniers du genre. Il y a cinq ans, le Londonien était propulsé sur les devants de la scène électronique grâce à Drone logic, son premier album empreint de techno minimaliste et de mélodies saturées. Aujourd’hui, le minimalisme reste, mais là où les synthétiseurs criaient, se déploient maintenant des harmonies spacieuses. Là où les percussions étaient précises et cinglantes, se trouvent des sons ronds et sombres.

Les pistes de Song for alpha suivent quasiment toutes la même recette: un rythme technoïde lent…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...