Chu la loyèta

En patois
En français

L’è le momin dè botyatâ nouthrè fenithrè. I bon Chuiche, l’è konchèyi dè l’i betâ di dzèranyon. L’è kan mimo chin ke fâ le pye bi l’èfè. Din le viyo tin, no lè vouêrdâvan d’evê, kotyè tin a la kâva, pu ou premi furi, intrè lè drobyè fenithrè po lè teri in-n’an, tantyè ke lè dzalàyè l’ôchan pachâ. Di drobyè fenithrè, n’in d’a rin-mé; di dzèranyon bon martchi n’in d’a a borè.

In inkotsin mè tyéchètè yô la têra irè chobrâye du l’outon pachâ, l’i è trovâ on mache dè koteru! L’è j’é fyê i korbé, ke chè chon rèvondâ, m’an prècheke fê on fôri!

L’è farmo galé, kan lè ramirè chon dinche botyatâyè. Me n’ami Netton m’a kontâ on chovinyi dè chon dzouno tin: Iran trè bouébo, dza on tro in n’an. Dremechan ou pêyo dèchu, le chènia è la dona ou pêy’dèjo. Lé-hô, l’avan ouna galéja loyèta, è di dzèranyon, bin chure.

Lè trè vouèton, dè né, l’avan trovâ k’irè tru pènâbyo d’alâ, lou choladji avô din le prâ. Adon, nè ouna nè duvè, du la loyèta, i fajan l’afére… in rijin kemin di fou.

On dèvêlené, l’an oyu le chènia ke dejê a cha fèna: «Hâ, râva, i rèpyà!»

Anne Marie Yerly

 

 

Sur le balcon

C’est le moment de fleurir nos fenêtres. Aux bons Suisses, il est conseillé de mettre des géraniums. C’est quand même ce qui fait le plus bel effet. Dans le vieux temps, nous les gardions en hiver, quelques temps à la cave, puis au premier printemps, entre les «fenêtres doubles» pour les pousser jusqu’à ce que les gelées aient passé. Des fenêtres doubles, il n’y en a plus, des géraniums bon marché il y en a à foison.

En préparant mes caissettes où la terre était restée de l’automne passé. J’y ai trouvé une quantité de vers blancs! Je les ai jetés aux corbeaux, qui se sont régalé, ils m’ont presque fait un sourire!

C’est fort joli quand les façades sont ainsi fleuries. Mon ami Netton m’a raconté un souvenir de sa jeunesse: ils étaient trois garçons, déjà un peu grands. Ils dormaient à l’étage, le père et la mère à la chambre du rez-de-chaussée. Là-haut, il y avait un joli balcon, et des géraniums bien sur.

Les trois adolescents, de nuit, avaient trouvé trop pénible d’aller se soulager, en bas, dans le pré. Alors, ni une ni deux, depuis balcon, ils faisaient leur «affaire»… en riant comme des fous.

Un soir, ils ont entendu le père qui disait à sa femme: «Ho, zut, il pleut de nouveau!»

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Décès de l'ancien conseiller national Jean-Nicolas Philipona

Personnalité très connue dans le canton, conseiller national PLR de 1987 à 1999, Jean-Nicolas Philipona a été victime mercredi d'un infarctus alors qu'il s'occupait de son jardin, à Vuippens. Agriculteur, il a notamment présidé l'Interprofession du vacherin fribourgeois. Il avait 75 ans.