Conte déglingué et fictionnel

jeu, 03. mai. 2018

A la galerie Focale, à Nyon, Stéphane Lavoué expose Aterre, une série de portraits, de natures mortes et de paysages en dialogue avec la Bretagne, sa terre d’adoption. Rencontre.

CHRISTOPHE DUTOIT

Pour qui s’est un jour délecté des portraits en dernière page de Libération, Stéphane Lavoué n’est pas un inconnu. De passage samedi à Nyon, à l’occasion de son exposition à la galerie Focale, le photographe de 42 ans se souvient de l’«école Libé», de l’apprentissage de la lumière et de «l’intensité de chacune de ces rencontres».

Dès le tournant du millénaire, le Mulhousien a photographié des artistes, des sportifs, des politiciens, des patrons. «Souvent, je les faisais poser près d’une fenêtre. Dans les grands appartements parisiens, il n’y a jamais de lumière directe. La douceur qui…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Bûcheron, un métier des plus dangereux

En ce début d’année, deux drames rappellent que le bûcheronnage reste une activité risquée, quelles que soient les précautions prises. Les chiffres de la Suva sont éloquents: 1700 accidents chaque année dans les exploitations forestières et près de la moitié des apprentis victimes d’accidents.