Des Francomanias à l’image de la musique actuelle

jeu, 17. mai. 2018

PAR ÉRIC BULLIARD

Avec la poésie nocturne d’Eddy de Pretto et l’explosivité de Hyphen Hyphen, les Francomanias 2018 (du 29 août au 1er septembre) présenteront au public bullois deux phénomènes français parmi les plus marquants de ces dernières années. Dévoilée hier, la programmation laisse également une large place au hip-hop (le genre le plus en vogue aujourd’hui) et à la riche scène électro. Autant dire que l’affiche reflète le bouleversement actuel de la musique, où les étiquettes s’effacent et les genres se confondent.

Au total, 33 concerts sont annoncés, soit huit de plus que l’année dernière, grâce notamment au retour de la soirée du mercredi à l’Hôtel de Ville et à des prestations supplémentaires le samedi après-midi. Celles du duo acoustique Brassens Encore, qui jouera des reprises du grand Georges sous le kiosque de la place du Marché, et de la fanfare de rue Brassmaster Flash.

«Cette édition 2018 est basée sur les points plébiscités ces deux dernières années», commente Jean-Philippe Ghillani, directeur des Francomanias. Le mot d’ordre reste donc «la performance scénique dans des lieux remarquables, accessibles au plus grand nombre».

Pas de changement pour les trois scènes, avec la gratuité sur la place du Marché (au moins trois concerts par jour) et des soirées payantes dans la cour du château et à l’Hôtel de Ville. Dès le mercredi, avec Hyphen Hyphen, le lieu historique des Francos devrait retrouver une de ces ambiances torrides qui ont fait ses belles heures. Ces Niçois de 25 ans (qui chantent en anglais) sortent la semaine prochaine leur second album, HH, mais ils ont surtout gagné une flatteuse réputation grâce à des prestations live déchaînées.

Electro-pop ravageuse

«Ils ont remporté quasiment tous les prix possibles», souligne le programmateur Emmanuel Colliard. Dont une Victoire de la musique de la Révélation scène en 2016. Hyphen Hyphen joue une électro-pop ravageuse, portée par la charismatique chanteuse Santa. La soirée sera lancée par Pépite, «coup de cœur» du programmateur, séduit par l’élégance teintée de psychédélisme de ce duo français.

L’autre «joli coup» du festival se nomme Eddy de Pretto. «C’est vraiment l’artiste qu’il fallait pouvoir programmer cette année», se réjouit Emmanuel Colliard. Avant même la sortie de son premier album Cure (La Gruyère du 15 mars), ce Français inclassable est devenu un phénomène, notamment grâce au succès de ses singles Kid et La fête de trop.

«On a rarement vu une ascension aussi fulgurante», poursuit le programmateur. Eddy de Pretto mêle avec aplomb hip-hop, slam et chanson traditionnelle, puisant dans sa propre vie de banlieusard pour raconter des histoires de dérives, de drogue, de sexe. Le tout avec des mots à vif, qui claquent entre lyrisme et réalisme cru. Il sera aussi question de poésie en ouverture de soirée, avec Lonepsi, «le secret le mieux gardé du hip-hop hexagonal».

«De derrière les fagots»

Dans la catégorie «nouveau phénomène de la chanson», les Francomanias accueilleront aussi Clara Luciani, dans la cour du château. Après avoir chanté avec La Femme et Nouvelle Vague, elle cartonne en ce moment avec son titre La grenade, au groove irrésistible. Elle partagera la soirée avec Témé Tan, jeune Belge originaire du Congo.

Pour les amateurs de hiphop aussi, Emmanuel Colliard se réjouit de proposer «une soirée de derrière les fagots». La tête d’affiche sera dévoilée vers la mi-juin, mais ce plateau du vendredi, à l’Hôtel de Ville, a déjà fière allure, avec Sopico et Davodka. Le premier a fait le buzz sur YouTube avec ses morceaux guitare-voix, avant de publier l’album Mojo. Quant à Davodka, il a sorti à l’automne Accusé de réflexion, qui le situe dans le haut du panier du rap conscient. Du côté électro, les Francomanias ont programmé Fakear, «fer de lance des jeunes beatmakers français». De son vrai nom Théo Le Vigoureux, ce Normand de 27 ans a déjà joué à L’Olympia et vient de se produire à guichets fermés, pour la sortie de son nouvel album All glows, à L’Elysée Montmatre et au Trianon. Sans oublier ses shows au Japon, en Australie, aux Etats-Unis…

Cette soirée du samedi sera complétée par le multi-instrumentiste rennais Les Gordon et par le duo de DJ Mezz (Caravan Palace) & Greem (C2C) qui vont «transformer l’Hôtel de Ville en immense piste de danse», assure Emmanuel Colliard.

La messe de Primasch

Parmi les autres moments forts annoncés, à noter la venue de l’accordéoniste Mario Batkovic, originaire de Bosnie, dont l’album, paru sur le label du producteur de Portishead, a été considéré par Rolling Stone comme un des 20 meilleurs de 2017. Il jouera dans la cour du château, le mercredi.

Dans ce même écrin, Primasch redonnera sa Piccola messa di Gloria, avec Le Grand Collector Orchestra et le Chœur des Bâtards. Le violoniste et compositeur gruérien l’avait créée l’année dernière dans le cadre du festival Altitudes.

Du côté des artistes suisses aussi, les Francomanias font la part belle à la génération émergente. Avec, par exemple, «l’ovni» Phanee de Pool, KT Gorique, Flèche Love (ex-chanteuse de Kadebostany), le Genevois Jo2Plainp ou encore la Lausannoise Billie Bird, qui vient de sortir La nuit, produit par Robin Girod.

Quant aux Fribourgeois de Francis Francis, ils présenteront leur nouvel album alors que Simon Gerber sera de retour avec le Sophie Noir trio. Ces deux formations se produiront à la place du Marché, qui accueille aussi de jeunes musiciens de la Gustav Académie. Ainsi que les Belges de Balimurphy, qui avaient joué à Espace Gruyère en 2014, ou encore MPL, autre coup de cœur d’Emmanuel Colliard.

Offre scolaire élargie

Les Francomanias élargissent en outre leur collaboration avec les écoles et le Service de la jeunesse de la ville de Bulle: l’offre de concerts destinés aux classes primaires et aux CO est désormais étendue à tout le canton, grâce à son intégration dans le programme Culture et école.

Enfin, Jean-Philippe Ghillani souligne que le festival a «répondu à une demande du public» en introduisant un système de passes journaliers ou pour les quatre jours. Ils permettront l’entrée sur les deux sites payants, l’Hôtel de Ville et la cour du château. «Ils ne garantissent pas la vision intégrale de tous les concerts», puisque certains ont lieu en parallèle. «C’est plutôt des passes de balade.»

Côté chiffres, le budget reste inchangé, légèrement en dessous du million de francs. L’an dernier, malgré la pluie, les organisateurs avaient estimé la fréquentation à 11 000 personnes, contre 16 000 pour l’édition ensoleillée de 2016. ■

www.francomanias.ch


Le programme au jour le jour

Mercredi 29 août
Hôtel de Ville: Hyphen Hyphen, Pépite. Cour du château: PiccolamessadiGloria(Primasch), Mario Batkovic. Place du Marché: Simon Gerber & Sophie Noir Trio, The Moonlight Gang, Gjon Muharremaj.

Jeudi 30 août
Hôtel de Ville: Eddy de Pretto, Lonepsi. Cour du château: Clara Luciani, Témé Tan. Place du Marché: Balimurphy, KT Gorique, Jo2Plainp.

Vendredi 31 août
Hôtel de Ville: artiste dévoilé prochainement, Sopico,
Davodka. Cour du château: artiste dévoilé prochainement, Phanee de Pool, Blind Test by Ebull. Place du Marché: Dirty Deep, MPL, Camille Monney, Sim’s.

Samedi 1er septembre
Hôtel de Ville: Fakear, Mezz & Greem, Les Gordon. Cour du château: Flèche Love, Billie Bird, Silent Disco. Place du Marché: Voilaaa Sound System, Francis Francis, Larissa Murangira, Brassmaster Flash, Georges encore.

La billetterie est ouverte sur www.francomanias.ch, à l’Office du tourisme de Bulle, à la FNAC

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...