Pour samedi soir, le rouge est mis

sam, 26. mai. 2018

L’apothéose ou la frustration? Le feu d’artifice ou le désert morne? Les finales ont ceci de particulier qu’elles génèrent des attentes démesurées. Elles sont le point d’orgue d’une compétition, la conclusion d’une année d’affrontements, de grosses déceptions et de scandales planétaires, oubliés le lendemain dans les brumes du café.

Souvent, l’enjeu crispe les acteurs. Et je préfère oublier les quelques purges qui nous ont menés aux penaltys au bout d’un 0-0 insipide ou d’un 1-1 sans emphase.

Le premier ingrédient d’une finale réussie, qu’on apprécie ou non leur football, c’est une équipe anglaise. Mais attention une vraie, pas un Chelsea ou un City à l’identité de jeu indéterminée. Non, une équipe qui a biberonné du fightingspiritet qui a su le communiquer à ses mercenaires. On dit donc…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...