«Le Matin» et la Coupe du monde

Commentaire

Presse. A qui le tour? C’est la question qui se pose après l’annonce de la disparition, cet été, de la version papier du Matin semaine. Comme pour L’Hebdo, la fin du quotidien suscitera tristesse et colère durant quelques jours avant d’être noyée dans l’actu. Les syndicats monteront au front, le Conseil d’Etat vaudois s’indignera, les politiciens de tous bords s’offusqueront… Mais le destin du titre ne changera pas. Pire, avec la Coupe du monde qui débute jeudi et les grandes vacances qui suivront, il sera oublié le temps d’un été.

Durant toute la campagne «No Billag», TV et radio ont assuré qu’il n’était pas possible de produire de l’info sans aide publique. Or, c’est cette mission impossible que devraient accomplir les journaux. Il faut se rendre à l’évidence: laisser les médias dans les seules mains du marché revient à terme à les condamner. Et après vingt ans de tentatives infructueuses, on sait aussi que ce n’est pas le numérique qui leur redonnera une viabilité économique. Malgré toutes ces évidences, combien de victimes faudra-t-il
pour qu’un soutien public se concrétise? Jérôme Gachet

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses