On gugèri rèbrekâ

En patois
En français

Din lè velâdzo, ma achebin din lè pititè velè, i dyon ke l’è lè fèmalè ke fan la pyodze è le bi tin. Ou mintè in parolè. Ti lè novi chon kolportâ de na méjon a l’ôtra, ache rido tyè l’oura.

Po chavê ti lè novi, i fô farmo dèvejâ, achoroyi è kontâ pye yin. I fô chuto invintâ. Lè krouyè novalè van pye rido tyè lè bounè, chin l’è provâ, du l’i a grantin.

Ma, i pou arouvâ, bin ouê, ke lè j’omo chon pâ mèyà! L’i a dè chin dyora chuchant’an; ti chon mouâ, l’afére pou bin chè kontâ. On viyo rètrètâ, ke chavi pâ tyè fére dè chè duvè man, pachâvè chè dzoua, è chuto chè né, a gugâ dèri chon lanè. L’i arouvâvè achebin d’abordâ lè dzin dèvan cha méjenèta, po l’ou pojâ di kèchtyon indichkrètè. Pu apri, i kontâvè chè j’invinhyon a ti hou ke volan bin l’akutâ.

Din le velâdzo, no j’avan nouthron Benzine. On viye dzouno, pâ tru rèvèyi, ma rin mètyin. Chon grô pyéji, irè dè kore. Chè prenyê por on kamyon. N’in fajê di kilomêtre! L’è jelâ kotyè kou tantyè a Friboua. I korchê kemin on inmethâ, djamé mafi, i dejê ke chè pormon iran in’ahyi è chon kà in fê. Chon chènia, le bolondji, le léchivè alâ, faji rin dè mô.

Benzine pachâvè a la korcha on dumidzoua dèvan la méjon ou viyo.

«Tyin l’è le pye fou? Chi ke koua, oubin chi ke léchè kore?» Ke l’i brâmè le kouryà.

Benzine, chin ch’arèthâ, l’i rèbrekê: «L’è chi ke vouêtè kore!»

Anne Marie Yerly

 

 

 Un fouineur rabroué

Dans les villages, mais aussi dans les petites villes, on dit que ce sont les femmes qui font la pluie et le beau temps. Du moins en paroles. Toutes les nouvelles sont colportées d’une maison à l’autre, aussi vite que le vent.

Pour savoir toutes les nouvelles, il faut beaucoup parler, écouter et répéter. Il faut surtout inventer, les mauvaises nouvelles vont plus vite que les bonnes, c’est prouvé, depuis longtemps.

Mais, il peut arriver, mais oui, que les hommes ne soient pas meilleurs. Il y a bientôt soixante ans; tous sont morts, l’affaire peut bien être contée. Un vieux retraité, qui ne savait que faire de ses deux mains, passait ses jours, et surtout ses nuits, à guigner derrière son volet. Il lui arrivait aussi d’aborder les gens devant sa maisonnette, pour leur poser des questions indiscrètes. Puis ensuite, il racontait ses blagues à tous ceux qui voulaient bien l’écouter.

Dans le village, nous avions notre Benzine. Un vieux garçon, pas trop réveillé, mais pas méchant. Son grand plaisir était de courir. Il se prenait pour un camion. Il en faisait des kilomètres! Il est allé quelques fois jusqu’à Fribourg. Il courait comme un dératé, jamais fatigué, il disait que ses poumons étaient d’acier et son cœur de fer. Son père, le boulanger, le laissait faire, il ne faisait pas de mal.

Benzine passait à la course un après midi devant la maison du vieux.

«Quel est le plus fou? Celui qui coure ou celui qui laisse courir?» lui braille le curieux.

Benzine, sans s’arrêter lui réplique: «C’est celui qui regarde courir!»

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Décès de l'ancien conseiller national Jean-Nicolas Philipona

Personnalité très connue dans le canton, conseiller national PLR de 1987 à 1999, Jean-Nicolas Philipona a été victime mercredi d'un infarctus alors qu'il s'occupait de son jardin, à Vuippens. Agriculteur, il a notamment présidé l'Interprofession du vacherin fribourgeois. Il avait 75 ans.