Le Comte Michel ne va pas disparaître

mar, 12. juin. 2018

Ce lecteur juge réducteur le titre «Danik Philipona sonne le glas du Carillon et du Comte Michel» (LaGruyère du 9 juin).

Pour qui sonne le glas? Sûrement pas pour le Comte Michel, à Bulle. Rarement le «titreur» de La Gruyère a été aussi peu inspiré que samedi dernier! Et pourtant le titre d’un article est d’une importance capitale. Certains lecteurs ne retiennent et répètent que celui-ci, pour avoir lu en «zigzag» le développement qui le suit.

Le Comte Michel est repris par un jeune artisan réputé, au bénéfice de formations multiples des métiers de bouche et d’une grande expérience. Il garantira à n’en pas douter, la haute qualité et la pérennité de cette enseigne de tradition bulloise. On lui souhaite plein succès, tout comme à son futur confrère du Carillon.

Patrice Gremaud, Riaz

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...