Maso, mais pas tout le temps

jeu, 14. juin. 2018

Dans des relations sexuelles consenties, le masochiste trouve du plaisir à souffrir, à être maltraité ou humilié. Il faut donc que face à lui, quelqu’un, un sadique, le frappe et le violente. Mais si ce sadique frappe et violente le masochiste en dehors de ce cadre consenti, il risque une condamnation pénale.

C’est le cas d’un Gruérien de 44 ans. Par voie d’ordonnance pénale, il vient d’être reconnu coupable de lésions corporelles simples. Même s’il frappait régulièrement sa compagne avec le consentement de cette dernière, le procureur a retenu que ce consentement ne valait «que dans le cadre des relations sexuelles sadomasochistes qu’entretenaient les parties». Et non en dehors, non lors de cette altercation, où il l’a saisie à la gorge, l’a plaquée contre un mur avant de lui asséner…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...