Po bâti cha méjon

En patois
En français

Alâ yô por ithre trantyilo? Ke chè deji chi dzoun’omo ke voutyivè apri dou têrin po fére na méjon. Chon chènia l’i dejê: «T’â dou travô in vela, tè fô tè tinyi in vela.»

«In vela? Ma fi na! La vela l’è tru dondzeràja po lè j’infan, l’i a on trafi dou diâbyo, ti hou gàze ke vo j’inpojenon. Ouna monchtra chèta dzoua-r’è né; chin kontâ la drouga. Na, na, in vela, djamé!»

«Ou bin, din on galé velâdzo trantyilo, te porê kurtiyi on bokon, tè promenâ ou grant’ê.»

«On velâdzo? Chènia, te châ pâ chin ke l’è: lè hyotsè dou mohyi tè rèvèyon a chi j’àrè dou matin, I chànon ti lè kâr d’àra, chin kontâ lè mèchè. Lè hyotsètè di vatsè. Pu l’i a lè tsin ke dzapon, lè pu ke tsanton, lè trakteur ke rèfrànon, lè j’oji ke chubyon. Pu adon te châ, kan i lujaton l’è la fin dou mondo! Na, na djamé a la kanpanye!»

Di dzin dinche, i châvon pâ chin ke l’è tyè le paradi, y puon chobrâ din la lena, Nyon l’a invide dè lè j’avê kemin vejin. 

Anne Marie Yerly

 

 

Pour bâtir sa maison

Où aller pour être tranquille? Se disait ce jeune homme qui cherchait du terrain à bâtir. Son père lui disait: «Tu as du travail en ville, il faut que tu habites en ville.»

«En ville? Ma foi non! La ville est trop dangereuse pour les enfants, il y a un trafic du diable, tous ces gaz qui vous empoisonnent. Un bruit terrible jour et nuit; sans compter la drogue. Non, non, en ville, jamais!»

«Ou bien, dans un joli village tranquille, tu pourrais jardiner un peu, te promener au grand air.»

«Un village? Papa, tu ne sais pas ce que c’est: les cloches de l’église te réveillent à six heures du matin. Elles sonnent tous les quart d’heure, sans compter les messes. Les clochettes des vaches. Et puis, il y a les chiens qui jappent, les coqs qui chantent, les tracteurs qui ronronnent, les oiseaux qui sifflent. Puis aussi tu sais, quand ils purinent… c’est la fin du monde. Non, non, jamais en campagne!»

Des gens comme ça, ils ne savent pas ce qu’est le paradis, ils peuvent rester dans la lune. Personne n’a envie de les avoir comme voisins.

Anne Marie Yerly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Décès de l'ancien conseiller national Jean-Nicolas Philipona

Personnalité très connue dans le canton, conseiller national PLR de 1987 à 1999, Jean-Nicolas Philipona a été victime mercredi d'un infarctus alors qu'il s'occupait de son jardin, à Vuippens. Agriculteur, il a notamment présidé l'Interprofession du vacherin fribourgeois. Il avait 75 ans.