Dysfonctionnement au sein du Conseil communal de Hauteville

| mer, 25. jui. 2018

A la suite de tensions au sein de l’Exécutif de Hauteville, la Préfecture a pris des mesures pour assurer le bon fonctionnement de la commune. Christian Bussard, ancien syndic de Gruyères, a été nommé administrateur pour soutenir le Conseil communal privé de son syndic, démissionnaire au 31 juillet.

A la suite de tensions et de démissions dans la commune d'Hauteville, dont celle du syndic Jean-Luc Probst fin juin, la préfecture de la Gruyère a décidé de nommer un administrateur externe jusqu'à la fin de l'année.

«La cause principale du climat délétère qui s'est progressivement installé réside dans les tensions existantes entre certains membres du conseil», écrit la préfecture dans un communiqué qui précise que les conditions pour mener une enquête administrative «n'étaient pas réunies».

La préfecture de la Gruyère annonce des mesures pour permettre à l'Exécutif, qui dysfonctionne depuis plusieurs mois, de retrouver la sérénité. Une élection sera organisée afin de remplacer le syndic Jean-Luc Probst, qui a démissionné avec effet au 31 juillet. Sabine Berger, qui avait annoncé sa démission le 17 avril, a, elle, été remplacée par Yannick Ecoffey. Son entrée en fonction est prévue le 20 août.

Christian Bussard, conseiller communal de 1989 à 2006 et syndic de Gruyères durant une quinzaine d'années, assurera «l'ensemble des attributions et prérogatives du syndic», complète la préfecture.

Développement à suivre dans notre édition de jeudi.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Nestlé concocte une attraction géante pour son site de Broc

Depuis des mois, l’unité Chocolat de Nestlé planche sur un immense parc à thème qui prendrait place sur le site Cailler de Broc. «Des scénarios potentiels» rétorque la multinationale tout en affirmant que la production de chocolat n’est pas en péril, bien au contraire.