Lè fithè dè dzouno

En patois
En français

Lè chochyètâ dè dzouno, la dzounèche kemin i fô dre ou dzoua d’ora, chon in fitha ch’tou dzoua. L’è farmo galé dè vêre kemin i ch’in bayon a to tyâ, po bin organijâ chin. L’i a bin kotyè «viyo» ke l’ou bayon on kou dè man ou dou, ma, le pye grô, l’è lè dzouno ke le fan.

Din mon velâdzo, no j’an j’ou la fitha l’i a tyindzè dzoua. L’an chure pâ oubyâ lè viyo, puchke l’an invitâ por on apérô, ti lè viyo prèjidan. In l’an trintè è chê l’an bèni lè dou drapô. Pachke… fayi pâ mèhyâ lè fiyè è lè dzouno, toparê ! Po lè dzouno, irè a non «La Gerbe» è po lè dzounè fiyè «L’Aurore». Moncheu l’Inkourâ irè a la titha di duvè chochyètâ, bin chure. Lè dzouno tsantâvan le premi dè mé, pu i invitâvan lè fiyè po la «kachâye» di j’à. L’avan na promenârda, chovin in montanye. Kotyè kou, lè fiyè alâvan achebin fére on toua, Moncheu irè dou voyâdzo… èthenâdè-vo!

In thinkantè chate, mè, iro prèjidinte dè «L’Aurore». Adon a chi l’apèrô, l’ôtri, l’ou j’é kontâ on bokon chin ke no j’avan kemin «animahyion» no j’ôtrè lè dzounè fiyè. No j’alâvan tsantâ avu lè tsantre, chu la louye, po la Mècha dè Matenè. Ma no dêvechan pâ ithre pye dzounè tyè dijie-è vouète an! Pu, tinyidè-vo bin, no dêvechan dutrè kou pê tsôtin, alâ bètchi le chimetyéro! Ma ouê Mèdamè! Bètchi, rathalâ, pu portâ fro di grôchè krebiyè dè mônè. L’è bin veré ke chin no fajê na chayête, no j’iran pâ tan difichilè. Pu, l’inkourâ vinyê no portâ on chiro… dè cha fata.

Inke nouthrè fithè dè dzounèchè!

Anne Marie Yerly

 

 

Les fêtes des jeunesses

Les sociétés de jeunes, la jeunesse, comme il faut dire aujourd’hui, sont en fête ces jours. C’est joli de voir comme ils s’en donnent, à tout casser, pour bien organiser. Il y a bien quelques «vieux» qui leur donnent un coup demain, mais le plus gros se sont les jeunes qui le font.

Dans mon village, nous avons eu la fête il y a quinze jours. Ils n’ont pas oublié les vieux puisqu’ils ont invité à un apéro tous les anciens présidents et présidentes. En l’an 1936 on a béni les deux drapeaux. Parce qu’il ne fallait pas mélanger filles et garçons, tout de même! Pour les garçons c’était «La Gerbe» et pour les filles «L’Aurore». Monsieur le curé était à la tête des deux sociétés, bien sûr. Les garçons chantaient le premier mai, puis ils invitaient les jeunes filles pour la «cassée des œufs». Ils avaient une promenade, souvent en montagne. Parfois les filles allaient faire un tour, le curé était du voyage… étonnez-vous!

En 1957, j’étais présidente de «L’Aurore». Aussi, à cet apéro, l’autre jour, je leur ai raconté un peu ce que nous avions comme «animations» nous autres, les jeunes filles. Nous allions chanter avec les chantres, sur la tribune, pour la messe de minuit. Mais nous ne devions pas être plus jeunes que 18 ans. Et, tenez-vous bien, nous devions deux ou trois fois par été, aller piocher le cimetière! Mais oui mesdames! Piocher, râteler et porter dehors de grandes corbeilles de mauvaises herbes. Il est vrai que ça nous faisait une sortie, nous n’étions pas si difficiles. Puis, le curé venait nous apporter un sirop… de sa poche.

Voilà nos fêtes de jeunesses!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.