Le lac de la Gruyère en réalité augmentée

mar, 17. jui. 2018

PAR PRISKA RAUBER

Une offre inédite en Suisse est en préparation à Riaz, dans les locaux de l’agence Dep/art. Pour la Société de développement du lac de la Gruyère, Julien Magnin et son équipe y élaborent le projet Novi lé («nouveau lac», en patois): un parcours de réalité augmentée sur le sentier du lac.

A travers une application téléchargée sur son smartphone et au contact de panneaux répartis tout au long du chemin, les marcheurs pourront découvrir des informations animées sur quatre thèmes: la faune, la flore, la géologie et l’histoire des lieux (du flottage du bois entre Gruyère et Soleure au XIXe siècle à la pêche au saumon, en passant par la forêt de saules blancs et les colonies de chauves-souris).

Ici, l’écran s’animera du vol du tichodrome échelette. L’oiseau papillon parviendra même à sortir du cadre. Là, l’île d’Ogoz façon 3D se déploiera devant l’utilisateur, qui pourra la découvrir avec ses maisons et les 150 habitants qu’elle accueillait alors. Un autre panneau permettra à un guerrier du haut Moyen Age d’apparaître dans toute sa splendeur. Plus loin, en les touchant, les poissons du lac prendront vie… Les découvertes seront nombreuses, puisque le parcours compte une trentaine de panneaux.

Pas d’aller-retour

«Parcourir le sentier en entier s’apparente à un marathon, confie Julien Magnin. Comme l’idée était de proposer cette offre au plus grand nombre, tant aux familles qu’aux seniors ou qu’aux écoles, nous avons divisé le circuit en sept balades, d’environ une heure trente chacune. Et les gens rencontreront des panneaux toutes les demi-heures environ, pour qu’ils n’aient pas le nez collé à leur téléphone sans arrêt!» En outre, les différents itinéraires ont été pensés pour éviter les aller-retour. «On posera sa voiture dans un parking et la balade se terminera à un arrêt de bus.» L’application permettra également la participation à une chasse au trésor, avec énigmes à résoudre. «Chaque balade effectuée donnera accès à des bons liés à l’économie régionale, précise Julien Magnin. Une entrée pour une attraction touristique de la région, un morceau de fromage dans une laiterie du coin, etc. Et ceux qui auront effectué les sept balades pourront gagner une nuitée ou un repas dans un établissement du bord du lac.»

Jeunes entreprises

En phase de finition, l’élaboration de ce parcours est née de la collaboration entre l’agence de communication Dep/art et deux autres jeunes entreprises fribourgeoises: DNA Studio, une société implantée à Bulle, qui crée des films d’animation, des jeux vidéo et des projets web, ainsi que Vidinoti, une start-up fondée à l’EPFL, basée à Fribourg, spécialiste de la réalité augmentée et des objets connectés. La première a réalisé les images façon cartoon – selon des informations fournies par des biologistes, géobiologistes et du Service archéologique – la seconde les a technologiquement augmentées.

La création de Novi lé a nécessité un budget de 270 000 francs. «Ce n’est pas rien. Mais nous avons reçu le soutien de la Nouvelle politique régionale (NPR) à hauteur de 70%», se félicite Julien Magnin. Ce qui a notamment plu à ce programme de promotion économique de la Confédération, mis en œuvre par les cantons, est l’intégration de l’économie locale dans le projet. Quant au reste du financement, il est assuré par l’Association du sentier du lac, la Société de développement du lac et le sponsoring.

La mise à l’enquête des panneaux, dans la Feuille officielle du 25 mai, a pris plus de temps que prévu, précise le graphiste. Le parcours sera inauguré cet automne. ■


Du virtuel incrusté dans le réel

La réalité augmentée consiste à incruster dans le monde réel, en direct, des objets virtuels, animations, textes, données, sons, que l’utilisateur visionne à partir d’un écran, smartphone, tablette tactile ou paire de lunettes. La synchronisation du monde réel et des informations virtuelles se fait à partir de la géolocalisation et de capteurs embarqués (accéléromètre, gyroscopes) qui situent l’utilisateur par rapport à son environnement et adaptent l’affichage à ses mouvements.

La réalité augmentée n’est pas la réalité virtuelle qui, elle, équivaut à l’immersion complète dans un monde n’ayant rien à voir avec celui dans lequel se trouve réellement le sujet qui expérimente le procédé.

Les champs d’application de la réalité augmentée sont multiples et touchent de plus en plus de domaines. Les jeux vidéo d’abord, mais aussi l’éducation, les milieux culturels, le cinéma, la publicité ou le milieu médical. Comme dans le cas du projet Novi lé (ci-dessus), la réalité augmentée peut participer à la valorisation du patrimoine, en permettant, par exemple, la découverte d’édifices historiques (comme l’île d’Ogoz), tels qu’ils étaient avant que le temps ou l’action humaine ne les modifient. PR

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...