Malaise à l’Exécutif d’Hauteville, la préfecture forcée d’intervenir

jeu, 26. jui. 2018

PAR MAXIME SCHWEIZER

Rien ne va plus au sein de l’Exécutif d’Hauteville. Les démissions successives d’une conseillère communale et du syndic et le départ de la secrétaire communale poussent la préfecture de la Gruyère à agir. Celle-ci a nommé un administrateur, Christian Bussard, jusqu’à la fin de l’année, pour remettre de l’ordre au sein du Conseil.

Dans son communiqué, elle indique que la cause principale «du climat délétère réside dans les tensions existant entre certains membres du Conseil». Cependant, elle ajoute que les conditions pour ouvrir une enquête administrative «n’étaient pas réunies». Contactés hier par téléphone, ni les conseillers communaux ni Christian Bussard n’ont souhaité s’exprimer. D’un commun accord avec toutes les parties, le préfet Patrice Borcard a choisi d’assurer seul la communication sur cette affaire.

A l’origine de cette décision, des membres du Conseil communal qui ont dénoncé des dysfonctionnements. Après un échange de courriers, une séance entre la préfecture et les cinq membres de l’Exécutif a eu lieu le 19 juin. «Nous avons réuni les personnes concernées pour discuter, précise Patrice Borcard. Et nous avons choisi de tirer un trait sur les tensions du passé pour bâtir le futur du mieux possible.»

Un climat tendu

La démission de Sabine Berger le 17 avril, qui parlait alors d’un «manque de collégialité» (La Gruyère du 16 juin), celle du syndic Jean-Luc Probst le 30 juin, avec effet au 31 juillet, et le départ de la secrétaire communale Chantal Morel au 31 octobre découlent tous du climat tendu qui règne au sein du Conseil communal. «La confiance entre les membres de l’Exécutif a tout simplement disparu. Individuellement, tous souhaitaient le bien pour la commune, mais ils n’arrivaient plus à s’entendre. Les relations entre les conseillers se sont érodées au fil du temps et le manque de travail collectif s’est fait de plus en plus ressentir.»

Les problèmes étaient surtout liés à l’attitude des conseillers communaux. «D’autres communes connaissent également des périodes de tensions, poursuit Patrice Borcard. Il faut savoir que le poste de conseiller n’est pas aisé et que le fonctionnement d’un Exécutif n’est pas facile à gérer.»

Christian Bussard en appui

Le préfet regrette de ne pas avoir été informé avant le mois de juin. «Je pense que si les problèmes avaient été annoncés plus tôt, les cassures n’auraient pas été si profondes et nous aurions pu essayer de ressouder le groupe. Aujourd’hui, et de concert avec la commune, nous ne pointons personne du doigt. Nous souhaitons instaurer une ambiance positive dès aujourd’hui.» La préfecture a nommé un administrateur temporaire pour remettre la commune sur les bons rails. Christian Bussard, conseiller communal de 1989 à 2006 et ancien syndic de Gruyères durant une quinzaine d’années, exercera l’ensemble des attributions et prérogatives du syndic. Il aura pour missions principales d’assurer la bonne gestion générale de la commune et de soutenir le nouvel Exécutif pour retrouver une dynamique positive. «Il chapeautera les séances du Conseil et devra également se préoccuper des tâches administratives.»

Cette nomination devrait permettre à Hauteville, à terme, de retrouver la sérénité. «Notre choix s’est porté sur Christian Bussard, car il possède une grande expérience en politique et une autorité naturelle.» Actuellement sans mandat politique, il travaille en tant que contremaître. Il occupera le poste de «syndic ad hoc» jusqu’à la mi-octobre et celui de «coach» jusqu’au 31 décembre au minimum.

Aux frais de la commune

«Nous avons tablé sur deux mois de coaching. Mais si nous remarquons que les problèmes perdurent, Christian Bussard pourrait prolonger son mandat durant les premiers mois de 2019.» A noter que la commune d’Hauteville devra assumer l’aspect financier du tutorat et devra donc payer les heures de travail de l’administrateur.

Les deux tours des élections complémentaires pour remplacer le syndic sortant sont fixés au 7 et au 28 octobre. Quant au remplaçant de Sabine Berger, Yannick Ecoffey, il entrera en fonction le 20 août. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...