Ouna demindze bèniràja

En patois
En français

 

Demindze pachâ tyindzè dè juyè,l’ é jou l’èpâhyo dè montâ i Marindè avu ma fiye Myriam è me n’êmi Jule Buyà, po fithâ lè thinkant’an d’la kabâna. Li-yè jou dou bouneu to le dzoa. Po keminhyi, dè vêre chi bi dékouâ dè montanyè, d’ithre rèchu in mujika avu kouâr di vani, dè chaluâ tyè di j’êmi dou «Club alpin», dè chè rinchi la gardyèta avu on byan dè djija, tyè dèmandâ dè mi apri l’èfouâ d’la montâye? Po bin markâ ha fitha no j’an oyu kotyè dichkour, pu lè prèyirè è le bi pridzo dè l’inkourâ Yachon, k’lè djuchtamin le piti fe dè Guchte, l’anhyan tinyâre dè hou montanyè. Po le goutâ no j’an jou drê a la bouna choupa dè tsalè dè Dodo è cha tropa, avu tsanbèta, fro è vatsèrin, a règoye-moua.

To dou lon d’la dzornâye no j’an achebin jou le piéji d’oure a la bachtringa Enzo dè Balavouêrda avu cha famiye dè cha j’infan. Di duvè grantè fiyè ou dari di bouébo, tsakon chè bayi a kouâ ouvê po tsantâ, youtsèyi, dzuyi d’la «schwytzoise», chin dèbredâ.

I vouêrdo ouna bal’èmâdze dè ha dzornâye è chu fârmo benéje d’avi pu partadji chi bon momin avu Jule Buyà, le premi rèchponchâbyo di Marindè, in mil-nouthin chouchintè-vouète, è k’lè adi ache vidzo tyè na lêvra.

Ha demindze l’è jou pyêna dè dzouyo. La dèrire bouna novala, i l’é aprêcha in rintrin a la méjon, a Machin, kan l’é chu ke Benjamin Gapany, mon vejin, l’avi gânyi la fitha di luteu dou tyinton, a Riaz.

Vonvon Kolly

 

 

Un dimanche heureux

Dimanche passé 15 juillet, j’ai eu la possibilité de monter aux Marindes, avec ma fille Myriam et mon ami Jules Bulliard, pour fêter les 50 ans de la cabane. Ça a été du bonheur tout le jour. Pour commencer, de voir ce beau décor de montagnes, d’être reçu en musique avec cor des Alpes, de saluer que des amis du Club Alpin, de se rincer le gosier avec un blanc à point, que demander de mieux après l’effort de la montée ? Pour bien marquer cette fête, on a entendu quelques discours, puis les prières et le beau sermon du curé Glasson, qui est justement le petit-fils d’Auguste, l’ancien teneur de ces montagnes. Pour le dîner, on eut droit à la bonne soupe de chalet de Dodo et sa troupe, avec jambon, fromage et vacherin, à satiété.

Tout au long de la journée, nous avons aussi eu le plaisir d’entendre à l’accordéon Enzo de Bellegarde avec sa famille de sept enfants. Des deux grandes filles au dernier des garçons, chacun s’est donné à cœur ouvert pour chanter, youtser, jouer de la schwytzoise, sans discontinuer.

Je garde une belle image de la journée et je suis très content d’avoir pu partager ce bon moment avec Jules Bulliard, le premier responsable des Marindes en 1968 et qui est  encore aussi vif qu’un lièvre.

Ce dimanche a été plein de joies. Le dernière bonne nouvelle, je l’ai apprise en rentrant à la maison, à Marsens, quand j’ai su que Benjamin Gapany, mon voisin, avait gagné la fête cantonale de lutte, à Riaz.

Vonvon Kolly

 

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.