Ouna trovaye

En patois
En français

Le payjâdzo dè nouthron payi l’è diora kemin on mochi dè fre d’Emmental: gravalâ dè pèrtè dè totè pâ. Bin chure ke lè dzin l’an fan dè chè tinyi intye-là, trantyilamin. Po chin, i fô bâti di méjon. On n’in vê dè totè kolà è dè totè fouârmè.
Kan l’è le momin dè kroji hou fameu pèrtè, i rinkontron chovin di pechintè chorèprêchè: Di mu ke dâton dè Chârlemagne, di fouchè di j’Èlvête ou bin di j’ârmè dè Romin. A chi momin… chè pouinton lè Monuman Ichtorike! Pâ po rire! Lè travô chon arèthâ, lè j’ôverê pyaton d’inpahyinthe è lè j’architèkte chon inradji.
Dou tin dè la dêrire dyêra, din lè j’an karanta, to chin pachâvè kemin na lètra a la pouchta; fô bin dre ke l’an fê prà dè grôchè bètijè, a la bârba di j’otoritâ. L’è bin damâdzo kan mimo.
Din on velâdzo, vo deri pâ yô, i krojivan po na méjon. A la chêrpa, a la pâla, pu la têra menâye lèvi a la bèrôta. Trè, katre j’omo n’in fajan pâ on mache d’on dzoua. L’avan dza bin avanhyi kan mimo, kan, to por on kou, l’an apêchu on krâno, in krojin adi mé, l’an dèkrouvâ on grô chkelète. In boun’ètha, lè din, anfinl’i mankâvè rin. Dèkouthè le mouâ, on châbro, bal-è-bin inruyi. Pâ tyachon d’avêrti «lèj’ichtorike», i chavan a pêna ke n’in d’avê. On di j’ôverê, on bokon fâchèya, l’è dèchidâ dè to rèbetâ din la têra.
A chi momin, lè Chuiche amâvan pâ tan lè j’Alman, irè la dyêra pâ bin yin dè no. Adon, chi inke l’a de i j’ôtro: «Ha tsouja, l’è pâ na bithe, l’è pâ na dzin… l’a achurâ on Alman.» Anne Marie Yerly

 

Une trouvaille
Le paysage de notre pays est bientôt comme un morceau d’Emmental: envahi de trous de toutes parts. Bien sur que les gens ont envie d’habiter chez eux, tranquillement. Pour ça, il faut bâtir des maisons. On en voit de toutes couleurs et de toutes formes.
Quand vient le moment de creuser ces fameux trous, on rencontre souvent de grandes surprises: des murs qui datent de Charlemagne, des tombes d’Helvètes ou des armes Romaines. A ce moment-là…se pointent les Monuments Historiques! Pas pour rire! Les travaux sont arrêtés, les ouvriers trépignent d’impatience et les architectes sont enragés.
Pendant la dernière guerre, dans les années quarante, tout ceci passait comme une lettre à la poste; il faut bien dire que l’on a fait pas mal des grosses bêtises, à la barbe des autorités. C’est bien dommage quand même.
Dans un village, je ne vous dirai pas où, l’on creusait pour une maison. A la serpe, à la pelle, et la terre enlevée à la brouette. Trois, quatre hommes n’en faisaient pas beaucoup d’un jour. Ils avaient bien avancé déjà, quand, tout à coup, ils ont aperçu un crâne, en creusant encore ils ont découvert un grand squelette. En bon état, les dents, enfin, il ne lui manquait rien. A côté du mort, un sabre, pas mal rouillé. Pas question d’avertir les «historiques», ils savaient à peine qu’il y en avait. Un des ouvriers, un peu farceur, a décidé de tout remettre en terre.
A ce moment-là, les Suisses n’aimaient pas trop les Allemands, c’était la guerre pas loin de nous. Alors celui-ci a dit aux autre : «Cette chose, n’est pas une bête, ce n’est pas une personne… c’est assurément un Allemand.» Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...