Succès éphémère

Commentaire

Cyclisme. Pas facile, pour le Tour de France, d’exister en pleine Coupe du monde. Les dirigeants du cyclisme ont cependant réussi cet exploit, même si c’est bien malgré eux… Résumons: dimanche, ASO, la société organisatrice du Tour, déclare qu’elle ne veut pas de Chris Froome, pourtant quatre fois vainqueur. Elle lui reproche d’être suspecté de dopage – il a fait l’objet d’un contrôle anormal au salbutamol – et donc de ternir l’image de la course.
Mais hier, contre toute attente, l’Union cycliste internationale (UCI) rend son verdict. En accord avec l’Agence mondiale antidopage, elle blanchit complètement le coureur. La décision tombe six jours avant le départ… mais surtout neuf mois après le lancement de la procédure! Impossible, en termes de communication, de faire pire. Le paria d’hier est désormais bienvenu sur les routes du Tour. Chris Froome a fait valoir ses droits et il a gagné. Tant mieux pour lui, même si on se demande comment il est possible de consommer deux fois la dose autorisée de Ventolin sans s’en rendre compte. Surtout dans une équipe qui maîtrise tout mieux que tout le monde. Son succès est éphémère. Pour l’emporter, il devra d’abord être le meilleur sur le vélo. Il devra surtout affronter un public qui lui sera forcément hostile comme jamais. Car, sur ce plan, certains «fans» n’ont aucune limite: en 2015, le Britannique s’était fait asperger d’urine dans une ascension. L’UCI et ASO ne sont pas responsables de telles crétineries. Mais en étant incapables de tirer à la même corde, elles décrédibilisent un sport qui n’a pas besoin de cela. Jérôme Gachet

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...