Le verre à moitié plein

Ce lecteur fait part de ses réflexions philosophiques.

«Quand je sens certains soirs ma vie qui s’effiloche et qu’un vol de vautours s’agite autour de moi, je tâte dans ma poche un caillou ramassé dans la vallée des Rois.» Ces propos tenus par Bernard Dimey hantent mon «caillou» cabossé de multiples aléas. Mais que la vie est belle! Que serions-nous sans tracas? Quelle lassitude serait notre passage furtif en la machine ronde?

Tout perdre, repartir de zéro et savourer les petits riens qui ensoleillent toute journée, même celle des victimes de burn-out ou de dépression (la première affection, un euphémisme, frappe les salariés aisés, tandis que les smicards ne peuvent souffrir que d’une dépression).

Chers lecteurs, le verre est à moitié plein, laissez donc le vide et le néant aux existentialistes et existez quelle que soit votre condition. Votre vie vous a été infligée, ne soyez donc point affligés. Sachez que tout ce que vous endurez vous permettra de rebondir. Et si votre vie est à son terme, le ronron éternel ou la vie éternelle vous attendent. Pourquoi donc songeriez-vous à l’enfer? Vous l’avez vécu parfois sur Terre. L’au-delà n’est rien ou alors une renaissance… qui vous accordera toutes vos chances que, hélas, vous galvauderez peu ou prou.

«La vie n’est rien. On s’aime, on se déchire, on se montre les dents…», affirme encore Bernard Dimey. Pourquoi donc? Chacun veut être roi et régner sur son petit monde. Mais il est des hommes monarques sans sujets qui ne pourront exercer leur dictature sur quiconque. Surtout, comme le chante Jacques Brel, «quand toutes les morues m’auront laissé tomber.» Patrice Blanc, Riaz

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.