Savourer la cité de Gruyères du crépuscule à l’aube

mar, 14. aoû. 2018

Une centaine d’habitants peuplent encore la cité médiévale à l’année. Simone Bouchery-Rime, originaire de la cité, y vit toujours à 75 ans. Reportage.

SOPHIE WOELDGEN

SÉRIE 1/3. A 8 h en ce matin d’août, l’activité des livreurs bat son plein à Gruyères. Les moteurs ronronnent, les restaurateurs s’activent tandis que les habitants sortent de l’étourdissement nocturne. Un homme boit son café assis sur un petit muret situé à l’entrée de la cité. «Hé! Vous êtes une touriste?» me lance-t-il. Une présence non familière interpelle à cette heure-ci. Ou mon apparence est-elle incohérente à ma démarche? «Je suis là pour rencontrer Simone Bouchery-Rime afin d’écrire un reportage sur la vie à Gruyères.»

L’expresso servi, les trente minutes d’avance sur mon rendez-vous me permettent d’entendre une…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dépôt de bilan pour les remontées mécaniques

La Société Télécabine Charmey-Les Dents Vertes en Gruyère SA dépose son bilan. Le Conseil d'administration et la task force de l'ARG l'ont annoncé ce vendredi. Cette décision constitue le dénouement de difficultés financières rencontrées depuis longtemps. Développement dans notre édition de samedi.