Bats-toi, meurs et recommence

jeu, 06. sep. 2018

Un chevalier sans tête, des armes, des monstres, des pouvoirs et une mort certaine. Dead Cells cache ses séduisants atouts sous des dehors de jeu d’action bête et méchant.

Un magma verdâtre tombe du plafond, rampe jusqu’à un corps sans tête, à côté d’un billot. Le chevalier retrouve un semblant de vie, avec une flamme en guise de chef. Dead Cells débute sans autre fioriture. Une épée, des monstres, un labyrinthique donjon, que demander de plus? On va se les faire et sauver la peau du héros – ou disons son âme puisqu’il est déjà mort.

La prise en main aisée, la difficulté bien dosée, le gameplay extrêmement précis: le plaisir est immédiat. Un brin d’humour potache et des décors pixel art du plus bel effet y contribuent. Au fil de son exploration, le chevalier découvre des armes, des…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...