On chovinyi dè bouébo dè tsalè

En patois
En français

Derin lè kotyè tsôtin ke poyivo kemin bouébo, l’é vèku è chuto intindu di galéjè j’ichtouâre. L’é onkora in mèmouâre ouna bouna chayête a vo kontâ, irè bin drôla è no j’à fê arire.

Irè adon na demindze matin, avu le fretê no j’èthan in trin dè fourni dè trintchi, è kotyè minutè apri no chayivan la mota du la tsoudêre.

Pê la pitita fenèthrèta dèkouthè l’inretyà, no j’an yu arouvâ, din le pyan dèvan le tsalè, on payijan dè pèr davô avu on dè chè bouébo. In le vèyan alâ, no chinbyâvè ke l’avê lè pyôtè pâ tru cholidè, dèvechê galéjamin ch’apoyi chu cha krochèta.

Kemin dè kothema i vinyê trovâ chè j’armayè.

On kou din le trintsâbyo, apri lè bondzoua d’ujâdzo, le pére betè bâ chon cha dè tourichte, è pu chayè on litre dè byan po lè j’armayi è on piti ôtyè po le bouébo dè tsalè. In mothrin chon bouébo, le pére no di: «Ouê, l’avé prê dou litre po lè j’armayi pu chtiche min frêjè yon in montin.» Chin komantéro!

L’an medji na mouârcha avui no è chon modâ bin chure apri na bouna choupâye.

Mè, l’avé trovâ fêrmo galéja ha chayête. Tyin bi chovinyi!

 

Gérard Rime a Tônon Tsêrmê

 

 

 

Un souvenir de garçon de chalet

Durant les quelques temps où j’ai alpé comme garçon de chalet, j’ai vécu et surtout entendu de jolies histoires. J’ai encore en mémoire une bonne «sortie» à vous raconter, elle était bien drôle et nous a bien fait rire.

C’était alors un dimanche matin, avec le fromager nous étions en train de finir de fabriquer, quelques minutes plus tard nous sortions la «motte» de la chaudière.

Par la petite fenêtre à coté de la table. Nous avons vu arriver, sur la terrasse devant le chalet, un paysan de la plaine avec l’un de ses fils. En le voyant marcher, l’on aurait dit qu’il avait les jambes pas trop solides, il devait pas mal s’appuyer sur sa canne. Comme d’habitude, il venait voir ses bêtes.

Arrivé dans le chalet, après les bonjours d’usage, le père dépose son sac de touriste par terre, et sort un litre de blanc pour les armaillis et un petit quelque chose pour le bouébo. En montrant son garçon, le père nous dit: «Oui… j’avais pris deux litres de blanc pour les armaillis… mais celui-là, va pas me le casser en montant!» Sans commentaire!

Ils ont mangé une «morce» avec nous et sont partis, bien sûr, après un bon souper.

J’avais trouvé cette sortie bien bonne. Beau souvenir.

 

Gérard Rime a Tônon Tsêrmê

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.