Le pinceau tourain qui redonne vie aux natures mortes

mar, 11. sep. 2018

La galerie Osmoz accueille Massimo Baroncelli pendant un mois. Naturesmortes propose de suivre le regard que pose l’artiste sur le monde des objets.

ANN-CHRISTIN NÖCHEL

 «Lorsqu’on a un verre à la main et que ce verre ne représente plus rien d’autre qu’un simple verre, alors on a commencé à s’ennuyer.» La citation n’est pas de Massimo Baroncelli, mais tirée et adaptée du roman L’ennui d’Alberto Moravia. L’artiste tourain l’a relue une trentaine de fois: elle a renforcé son intérêt pour l’objet et son envie de le rendre vivant.

C’est la première fois qu’il prend possession de la galerie Osmoz à Bulle. Il a choisi de présenter une trentaine de tableaux, récents et plus anciens, peints à l’aquarelle. Le fil conducteur de Natures mortes c’est donc l’objet. Un thème récurrent chez l’artiste,…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...