Tactique payante de Mora

mar, 18. sep. 2018

PAR JONAS RUFFIEUX

Bouleyres accueillait un match de «jeunets», samedi. A la relève de Young Boys et ses moins de 19 ans de moyenne d’âge s’opposaient le FC Bulle, moins de 23 ans de moyenne.

C’est peut-être justement ce petit avantage de force physique et d’expérience qui a fait la différence pour fêter une première victoire à domicile depuis le retour en 1re ligue (2-1).

C’est sûrement aussi grâce à l’excellente vision tactique d’un Cédric Mora qui a osé se mouiller, en effectuant de nombreux changements d’importance, que Bulle se retrouve désormais 9e du classement.

Sortis du confort

«Lors du dernier match, beaucoup de joueurs se sont endormis dans un certain confort. Lundi, je leur ai assuré qu’on allait gagner cette partie, et j’ai aussi annoncé des rocades, afin de montrer à certains joueurs qu’il fallait se réveiller. Aujourd’hui, toutes les cartes sont redistribuées.»

Le jeune Gomes, 17 ans, issu des A inter, titulaire au détriment de Puertas, Grumser en lieu et place d’un Girod suspendu, et aux oubliettes le 4-4-2 au profit d’un 4-1-4-1 qui plaçait Tosato seul en pointe. «Je voulais quelqu’un qui dérange les relances et qui tire au but», explique l’entraîneur gruérien. Son attaquant de fonction s’est toutefois davantage illustré après l’entrée de Rodrigues en pointe (66e) et son recul d’une ligne, ce qui semble véritablement être sa place. En avançant Afonso d’un cran, remplacé au poste de latéral par Loïc Marmier, Cédric Mora a opéré un choix payant, puisque c’est d’Afonso qu’est venue la lumière, et plutôt deux fois qu’une. En première mitemps, parfaitement lancé par Marmier en profondeur, il a armé un boulet de canon imparable à l’orée des 16 mètres (34e, 1-0), avant d’exploiter un rebond sur corner, après une possible faute sur le gardien bernois (63e, 2-0).

Les Gruériens se sont créé de nombreuses occasions et ont su concrétiser aux moments opportuns, tandis que Grivot se chargeait de maintenir son équipe dans le match avec trois gros arrêts décisifs.

Un problème de riche

YB, qui tentait à tout prix de passer par son excellent demi de couloir, Felix Mambimbi, s’est montré décevant. Et le mérite en revient aux Gruériens, qui ont su faire déjouer les Bernois. «Nous avons livré un gros match tactique, se réjouit Cédric Mora. Ils n’arrivaient pas à passer balle au sol, alors ils procédaient par longs ballons, que nous interceptions également. C’est tout à fait logique d’encaisser notre seul but sur penalty.»

Evitable, ce penalty transformé par le puissant attaquant Kasai (75e, 2-1) aura donné des sueurs froides aux Bullois en fin de match. Ils ont finalement tenu la baraque, non sans trembler à la 86e et un arrêt du bout des doigts de Grivot.

«Il s’agit d’une victoire de référence, se réjouit le mentor gruérien. Défensivement, nous répondons présent et nous sommes solides dans le jeu. Je ne suis pas du tout inquiet pour la suite. Après avoir tendu la joue à Vevey la semaine passée, nous avons su réagir. Un gros progrès par rapport aux autres matches, c’est aussi de tirer davantage au but. Avant, on cherchait à entrer dans les cages balle au pied.»

Avec des joueurs habituellement remplaçants qui ont convaincu, Cédric Mora se retrouve désormais avec un problème de riche sur les bras. ll devra effectuer des choix en vue du match de samedi à Etoile Carouge, un prétendant aux finales de promotion. «Les gars qui travailleront le plus à l’entraînement joueront», avertit l’homme fort de Bouleyres. ■


Trois questions à… Maxime Afonso

Quel est votre sentiment après votre premier doublé en 1re ligue?
Je suis supercontent, car je n’aurais jamais imaginé y parvenir. Avoir autant d’occasions dans cette division, c’est rare. J’avais déjà évolué plusieurs fois à ce poste de milieu, surtout depuis l’arrivée de Cédric Mora, qui souhaite que j’apporte en vitesse et en puissance au domaine offensif. Sur ce match, ça a payé.

Avez-vous réalisé le match parfait, face à Young Boys?
Je dirais qu’on a fait tout juste. On savait qu’ils aimaient avoir la possession du ballon, nous avons ainsi bâti un solide bloc défensif, tout en jouant les contres à fond. En début de match, nous avons appliqué un pressing très haut, avec la volonté de les empêcher de jouer. Mais il est vrai qu’en début de deuxième mi-temps, nous avons largement reculé, en leur laissant la possession du ballon. Puis, progressivement, nous avons su regagner du terrain.

Jouer contre des jeunes de 17 ans, qui ont un avenir en Super League, ça change quoi?
Ils sont tous beaucoup plus forts techniquement que nous. Ils aiment jouer au ballon et nous devons compenser l’écart technique par l’aspect physique. Ils n’ont pas tous des gabarits d’adultes, c’est sur ce plan-là que nous avons fait la différence. De plus, notre état d’esprit était bien meilleur que lors de la défaite à Vevey. On en a parlé pendant la semaine, on s’est remis en question et aujourd’hui (n.d.l.r: samedi) nous avons prouvé que nous étions capables d’arracher des victoires contre n’importe quel adversaire. JR

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un Super Puma en gare de Bulle

Samedi, le trafic ferroviaire a été perturbé en gare de Bulle. «Nous avons engagé un Super Puma pour transporter les mats du futur faisceau de voies dans la zone de Planchy», explique Stéphane Berney, porte-parole de TPF.