Traces d’enfermement et de douleur au carré

jeu, 06. sep. 2018

En 1986, le photographe Noël Aeby a passé une journée dans les locaux déserts de l’aile F4 de l’Hôpital psychiatrique de Marsens. Agrémentées des textes fulgurants du directeur de l’époque Jean-Jacques Eisenring, ses images sont désormais publiées dans La lumière contre les murs.

CHRISTOPHE DUTOIT

«Echec pour qui? Pour celui qui est enfermé ou pour celui qui enferme. Un moment de plaisir, fugitif, consommé, consumé?» Retour en 1986. Directeur depuis cinq ans de l’Hôpital psychiatrique de Marsens, le docteur Jean-Jacques Eisenring supervise le transfert des femmes et des enfants du vétuste F4 vers un nouveau bâtiment. A l’époque où la psychiatrie est en plein bouleversement, il exprime ses doutes sur les méthodes jusqu’alors appliquées aux patients. «Portes, portes, portes: grandes,…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses