Une formule gagnante pour Gruyères portes ouvertes

mar, 11. sep. 2018

PAR JEAN GODEL

Gruyères a succédé à Bulle, mais le public a répondu présent. Samedi, il y avait foule pour visiter les onze lieux secrets de la cité comtale ouverts pour l’opération Gruyères portes ouvertes, organisée par la Jeune Chambre internationale Gruyère (lire ci-dessous).

Cœur de la manifestation, le Clos aux cerfs avait des airs de place de fête du 1er Août. C’est là que se donnaient rendez-vous les participants à plusieurs visites, dont celle du fort militaire, qui a très vite affiché complet. Après dix minutes de marche d’approche, on s’enfonce sous terre, équipé d’une lampe frontale, sous le camouflage d’un sapin isolé en plein pâturage. Bienvenue en enfer!

Après quelques pas, l’obscurité est totale et l’espace confiné à un boyau de 180 mètres de long pour à peine 1 mètre de large, creusé dans la roche et suintant d’humidité. Des petites stalactites trahissent le long cours du temps, depuis 1944, date de l’ouverture du fort et début de sa brève occupation. Au sol, de petites formations calcaires remplies d’eau ont eu tout le loisir de se former.

On accède bientôt à la première des deux chambres de tir où se dressent encore les socles auxquels étaient fixés deux canons antichars et des mitrailleuses. Dans la ligne de mire des meurtrières, devant lesquelles on distingue encore les filets de camouflage, on voit passer les voitures à l’endroit où un fossé antichar a été creusé, au pied du château. C’est que le fort contrôlait l’accès à la vallée de l’Intyamon et, plus loin, aux Alpes et au Réduit national.

Cette position avancée faisait partie d’une série de fortifications entourant la colline de Gruyères. En face, au bas de la Dent-de-Broc, existe d’ailleurs un autre fort qui permettait de tenir en tenaille l’éventuel assaillant.

En poursuivant vers la seconde chambre de tir, on passe devant deux cantonnements pour 16 et 52 soldats, une infirmerie, un magasin de munitions et un réservoir d’eau. Les cantonnements sont vides. Vivre confiné là est tout simplement inimaginable.

Un petit local est affecté à l’alimentation en air: en cas de panne, deux vélos fixes permettaient d’actionner les pompes. Dans le tunnel, les amenées d’air courent au plafond jusqu’aux chambres de tir où des branchements pour les masques à air pendent encore: en cas de tir, la fumée rendait l’air irrespirable.

Les toilettes – à la turque – veillent encore, envahies par le calcaire. Devant la chambre de tir, un racloir à semelles garde l’entrée. La propreté se moque bien de la guerre.

Retour à la vie

Après une telle plongée dans l’irréel, la découverte du trésor de la paroisse de Gruyères, dans l’église Saint-Théodule, relève de la résurrection. Le duo de guides du jour contribue aussi au succès de la visite: la sacristine et ancienne présidente de paroisse Simone Bouchery-Rime, 75 ans, officie au côté d’Hughes Despond, 18 ans, lui aussi un enfant d’ici. Il vient de consacrer son travail de maturité à la croix de cristal de Gruyères. Elle trône là justement, dans le chœur, sur son coussin de velours rouge.

Enthousiaste, le jeune homme se délecte à nous montrer la belle monture en cuivre redoré, recouverte d’un cristal de roche d’une grande pureté. Sur des émaux figurent les quatre évangélistes. La croix renferme pas moins de 41 reliques, dont, en son centre, une de la vraie croix, dit-on. Hughes Despond s’est adressé à Ivan Andrey, du Service des biens culturels du canton, lequel a pu dater l’origine de ce joyau: vers 1300, probablement d’origine haut-rhénane, entre Zurich et Constance.

Le jeune homme présente aussi avec fierté un parchemin fameux que l’on croyait disparu depuis un demi-siècle et qui se camouflait à l’arrière d’un cadre: le testament de Chalamala, daté de 1349. Il trône dans la sacristie, à côté d’autres précieux documents dont l’acte de fondation de la paroisse de Gruyères, daté de 1254.

Splendeurs insoupçonnées

Simone Bouchery-Rime, de son côté, peine à cacher son admiration devant l’impressionnante série de trousseaux liturgiques étalés, pour l’occasion, sur les stalles. Des ensembles d’une rare finesse, notamment ces parements représentant saint Denis portant sa tête, qui remontent à 1450. Leur passementerie tissée au fil d’or est parfaitement conservée. Un trésor d’importance nationale créé, à l’origine, pour la cathédrale de Lausanne.

Ou encore cet ensemble en velours de Gênes travaillé à la lame de rasoir et offert en 1603 par la famille de Minsier, à qui la peste avait pris ses treize enfants… De même, ces pièces en tissu chinois, ou cette chasuble cousue de nacre et de fil d’or, datant du début du XIXe siècle.

Des splendeurs qui montrent la richesse que la cité comtale et certaines de ses familles ont tirée notamment du commerce du fromage. Pourtant, constate la sacristine un brin dépitée, de nos jours, bien peu de curés veulent encore porter ces pièces pour la plupart prêtes à l’emploi. ■


Le temps de passer le témoin

Organisatrice, la Jeune Chambre internationale Gruyère estime à 2000, au bas mot, le nombre de visiteurs. Chacun ayant découvert plusieurs lieux, les visites, elles, se montent à plusieurs milliers. Le succès est donc bien là. Olivier Kolly, président du comité d’organisation, a vu avec plaisir défiler un public essentiellement local et donc curieux de découvrir ces endroits qu’il ne voit plus à force de passer devant. Rançon du succès, certains lieux ayant affiché complet, quelques frustrations se sont fait jour: «Mais nous tenons aux visites guidées, car nous voulons que les gens repartent en ayant appris quelque chose.»

La suite? «Comme toujours à la JCI, notre but est de passer le témoin. Après trois ans, c’est clairement le temps de le faire. Ce concept répond à une attente.» Sous quelle forme, par qui, rien n’est encore sûr. Mais en toute logique, La Gruyère Tourisme aurait un rôle à jouer. La JCI a aussi pensé aux Jeunesses villageoises, qui auraient là un bel événement à faire valoir, complémentaire aux girons. «Car le concept est extensible à presque chaque village de la Gruyère. Il est promis à un bel avenir.» JnG

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses