«Je m’appelle Mansour Zamany»

mar, 16. oct. 2018

RÉFUGIÉS. Recommencer à zéro. Ou presque. Reconstruire sa vie. Brique après brique. Mansour Zamany ressent mieux que quiconque le poids de ces mots. Après une longue attente, «deux ans de perdus», le jeune Afghan obtient le statut de réfugié en novembre 2017. Bref soulagement.

Pour le Fribourgeois d’adoption, la vie n’est pas facile pour autant! La nostalgie du pays toujours aussi présente, la famille toujours aussi éloignée. Trouver un logement? Compliqué. Trouver un travail? «Une soixantaine de dossiers envoyés, que des réponses négatives.» Stigmatisé par son statut, il erre comme un spectre dans une région qui peine à lui faire une place: «Personne ne sait réellement ce qu’est un réfugié, ici en Suisse. Il faut tout expliquer cinquante fois. Comment on vit, d’où vient notre argent……

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses