Le marché du samedi reviendra en 2019

sam, 27. oct. 2018

Par SOPHIE ROULIN

La première saison des marchés du samedi sur la place Saint-Denis se termine aujourd’hui. Une expérience jugée positive par le comité de pilotage mis en place pour développer le label «Bulle, Cité des goûts et terroirs». La manifestation reviendra au printemps prochain avec des ajustements. Un sondage sera réalisé auprès des exposants afin d’apporter des adaptations, promettent les organisateurs.

«On savait qu’il y aurait des difficultés à mettre en place un nouveau marché hebdomadaire, ajoute Nicolas Wyssmueller, conseiller communal impliqué dans le projet. Il faudra encore un peu de temps pour que les artisans et les Bullois s’approprient ce marché.»

Endroit, horaire d’ouverture, période du marché, conditions pour les exposants, tout sera remis à plat. «Les premiers marchés du printemps ont très bien fonctionné, note de son côté Lionel Martin, collaborateur auprès de la Fédération patronale et économique et coordinateur du projet. On a compté jusqu’à 25 exposants, avant d’en perdre quelquesuns par la suite.» L’épicerie durable La Sieste, à Enney, par exemple, a cessé de venir en septembre. «Pour des questions d’organisation interne, explique Clément Castella, le patron. Mais l’expérience était positive pour nous au niveau des échanges avec la clientèle.»

A l’année, ou pas

La Sieste sera vraisemblablement de la partie pour une nouvelle édition en 2019. «Avec les légumes, le printemps et l’été sont plus favorables», note Clément Castella, qui n’envisagerait pas une participation à un marché à l’année. A contrario, le propriétaire de la Belle-Luce, ferme avicole à Epagny, verrait bien un marché du samedi ininterrompu. «Pour beaucoup de commerçants, novembre et décembre sont des mois très favorables, note Emmanuel Haar. C’est dommage de nous en priver.» Il verrait aussi d’un bon œil que les marchands du samedi soient présents le jeudi, et vice versa. «Pour la fidélisation des clients, ce serait bien.» La Belle-Luce a également renoncé au marché du samedi courant septembre, mais devrait reprendre sa place au printemps. «Toujours à titre d’essai», précise Emmanuel Haar.

Boucher difficile à attirer

Autre écueil relevé: un manque d’offres de produits du quotidien, notamment la viande. «Nous avons cherché une boucherie, indique Lionel Martin. Mais c’est une infrastructure lourde à mettre en place pour un commerçant qui ne serait pas équipé. Quant à ceux qui fréquentent d’autres marchés, il est difficile de leur faire renoncer à une place ailleurs où ils ont leur clientèle pour un marché qui se cherche encore.»

Pas question de remettre en cause la manifestation même si elle souffre de «défauts de jeunesse». «Au contraire, on va faire notre possible pour dynamiser ce marché l’année prochaine», conclut Nicolas Wyssmueller. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...