Un fonds pour dynamiser et unifier le district de la Veveyse

jeu, 15. nov. 2018

PAR CLAIRE PASQUIER

FINANCEMENT. Un bel outil de travail. C’est en ces termes que le fonds régional de la Veveyse a été présenté à la presse hier. «Se doter d’un tel outil donne davantage de poids et de moyens au district. C’est assez novateur et orienté vers le futur», affirme Joseph Aeby, directeur de la Région Glâne-Veveyse, qui a pris part au groupe de travail créé en début d’année.

Ce projet, souvent évoqué, mais jamais concrétisé, devrait voir le jour en 2019. Cela, à condition que l’ensemble des neuf communes veveysannes acceptent la modification des statuts de leur association lors des prochaines assemblées et conseils généraux.

«Le changement fondamental réside dans sa forme juridique: l’Association des communes de la Veveyse (ACV) passerait d’une entité à but non lucratif à une association de communes, soumise à la Loi sur les communes», expose-t-il. Grâce à cette modification, la marge de manœuvre de l’association serait plus grande en termes d’emprunt bancaire.

Ses objectifs seraient non seulement de défendre les intérêts des communes, mais aussi de soutenir financièrement des projets économiques, culturels, sportifs, sociaux ou touristiques d’intérêt public pour le district. «C’est dans cette idée que nous pourrions développer le fonds régional de la Veveyse», indique Joseph Aeby. L’association pourrait également en réaliser en tant que maître d’œuvre.

Plan directeur régional

En guise de premier projet, un groupe de travail constitué d’édiles va plancher sur le Plan directeur régional dès le début de l’année prochaine. «C’est une exigence du canton. Nous ne pouvons y échapper et il faudra le financer. Que ce soit sous cette forme-là ou non», informe Gérard Buchs, syndic de Saint-Martin et président de l’ACV.

Le préfet François Genoud assure qu’aucune autre idée n’est en cours. «Si l’une des raisons pour laquelle nous nous étions lancés là-dedans coïncidait avec les problèmes liés aux remontées mécaniques des Paccots, le fonds n’est pas créé pour cela.» Un tel soutien pourra toutefois être envisagé et voté en temps voulu. «Mais rien n’est prévu pour l’instant», insiste-t-il.

Pour financer ces projets, les communes puiseraient dans leur budget de fonctionnement. «Il avait été question d’approvisionner le fonds d’un million de francs au départ, mais finalement, les communes ne toucheraient pas à leur capacité d’investissement.» Les projets seraient donc financés au coup par coup. «Le remboursement des emprunts et les coûts de la dette seraient répartis entre toutes – 40% en fonction de la population et 60% selon le rendement annuel de l’impôt cantonal», présente Joseph Aeby.

Assemblée de délégués

Le changement de statuts de l’association impliquerait la création d’une assemblée de délégués qui se réunirait deux fois l’an, pour le budget et pour les comptes. «Pour toute décision, il sera nécessaire d’obtenir la double majorité: celle de la conférence des neuf syndics et celle des délégués», explique Joseph Aeby.

Les délégués, des membres des exécutifs, disposeraient d’un nombre de voix proportionnel aux habitants de leur commune. Ainsi sur les 36 voix, Châtel-St-Denis en aurait 13 contre 2 pour Le Flon et La Verrerie, par exemple. «La double majorité permet aux plus petites communes de bénéficier d’un poids supplémentaire.»

Si les neuf exécutifs ont accepté à l’unanimité de créer le fonds et de modifier la nature de leur association, ils espèrent pouvoir compter sur leurs législatifs. «Tout le monde s’y retrouvera, c’est la meilleure solution pour fédérer notre district», assure Michel Savoy, syndic d’Attalens. «Il sera beaucoup plus facile de faire accepter ce fonds sans y lier un projet concret. S’il était question de financer la station des Paccots ou de construire une piscine à Bossonnens, ça ne passerait pas», assure François Genoud, confiant. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un Super Puma en gare de Bulle

Samedi, le trafic ferroviaire a été perturbé en gare de Bulle. «Nous avons engagé un Super Puma pour transporter les mats du futur faisceau de voies dans la zone de Planchy», explique Stéphane Berney, porte-parole de TPF.